French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité Régulation du loup, les politiques prennent position

Régulation du loup, les politiques prennent position

27 juillet 2011 - Les politiques affichent leur position sur le loup.

Jean-Louis Bianco, président PS du Conseil Général des Alpes-de-Haute-Provence et membre du Bureau National du Parti Socialiste. Le secrétaire national UMP en charge de l'Elevage, le député-maire de la Creuse, Jean Auclair. Philippe Vigier, député d'Eure-et-Loir et secrétaire général du Nouveau Centre. Le député-maire Parti Radical de Gauche (PRG) des Hautes-Alpes et vice-président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte-D'azur, Joël Giraud. (...)

Extraits de l'article paru dans Alpes1 le 27 juillet 2011 :

Certains partis politiques affichent clairement leur position pour la mise en place de mesures urgentes. D'autres responsables expliquent que le loup est encore une espèce en voie de disparation. Contacté par la Radio Alpes 1, le député Jean-Louis Bianco, président PS du Conseil Général des Alpes-de-Haute-Provence et membre du Bureau National du Parti Socialiste, indique que « le loup n'est plus une espèce en voie de disparition. Ce sont les bergers et les troupeaux qui sont en voie de disparition ». Jean-Louis Bianco a également ajouté que « la régulation des loups est urgente, elle aurait du être décidée il y a longtemps ».

De son côté, le secrétaire national UMP en charge de l'Elevage, le député-maire de la Creuse, Jean Auclair, « engage la ministre de l'Ecologie à faire en sorte à ce que l'on ne voit plus tous les ans les mêmes problèmes recommencer ». Jean Auclair confirme que « ce n'est pas en tuant un (seul) loup que l'on va régler le problème ». « En tant que député, éleveur et chasseur, je n'hésiterai pas à prendre ma carabine pour procéder à la régulation qui s'impose », a-t-il affirmé.

Philippe Vigier, député d'Eure-et-Loir et secrétaire général du Nouveau Centre, se dit « sensible au sort des éleveurs ». Il explique « être favorable à une régulation d'urgence dans les Alpes. Dans un contexte exceptionnel, il me parait indispensable d'engager des moyens exceptionnels, tout en maintenant une diversité écologique ». (...)

Le député-maire Parti Radical de Gauche (PRG) des Hautes-Alpes et vice-président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte-D'azur, Joël Giraud, renouvelle sa proposition du droit à l'autodéfense, « c'est-à-dire la possibilité de tirer une bête qui attaque un troupeau, sous contrôle de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS). Le problème de la régulation, c'est qu'il faut la faire en compatibilité avec la convention de Berne, ce qui n'existe pas ».

(...)

Lire l'article intégral publié dans Alpes1.fr le 27 juillet 2011