French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité La Suisse s'attaque au loup

La Suisse s'attaque au loup

Le loup est en péril en Suisse

La chasse au loup pourrait être bientôt relancée en Suisse: suivant les exigences du Parlement, le Conseil fédéral prend des mesures pour faciliter le tir du carnassier protégé par la Convention de Berne. Le gouvernement va proposer une modification de la convention afin de permettre à la Suisse d'exprimer des réserves.

L'animal pourrait être en danger en Suisse. L'animal pourrait être en danger en Suisse.

La Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (Convention de Berne) protège le loup et stipule que les Etats peuvent exprimer des réserves sur les espèces seulement au moment de leur adhésion, a précisé mercredi le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

La Suisse a adhéré à la Convention en septembre 1980, sans formuler de réserves: aucun loup n'était alors recensé sur le territoire suisse. Or l'an dernier, le Parlement a accepté la motion du conseiller aux Etats valaisan démocrate-chrétien Jean-René Fournier demandant qu'un amendement soit apporté à l'article 22 afin que les Etats puissent exprimer des réserves «si les paramètres ont manifestement changé depuis la signature de l'accord». Le DETEC va transmettre cette proposition maintenant aux Etats membres de la Convention de Berne.

Pour pouvoir entrer en vigueur, l'article modifié doit être accepté par les trois quarts des membres du Comité permanent de la Convention ainsi que par le Comité des ministres. Chaque Parlement national doit ensuite donner son feu vert. Si la proposition n'est pas acceptée, le Conseil fédéral devra, selon les termes de la motion, dénoncer la Convention afin de formuler toutes les réserves utiles lors d'une nouvelle adhésion.

Les défenseurs du loup, de l'ours et du lynx ne comptent toutefois pas en rester là. Après la décision du Parlement, ils entendent les protéger dans la Constitution fédérale. Une initiative populaire intitulée «Le loup, l'ours et le lynx» a été lancée en octobre dernier. Ses auteurs ont jusqu'en 2013 pour récolter les 100.000 signatures requises.

Le texte demande de créer un nouvel alinéa 4 de l'article 80, stipulant que «Le loup, l'ours et les lynx comptent parmi les espèces de faune strictement protégées».

Article publié par 20 minutes Online le mercredi 16 novembre 2011