French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité La ministre de l'Ecologie annonce une concertation

La ministre de l'Ecologie annonce une concertation

La ministre de l'Ecologie Delphine Batho a annoncé aujourd'hui "l'ouverture d'un processus de concertation dans la perspective d'un nouveau plan national d'action" sur le loup" qui succédera en 2013 au plan actuel 2008-2012, en réponse à un courrier de l'eurodéputée Rachida Dati.

"Dans le cadre de la définition du nouveau plan d'action que je prépare pour la fin de l'année, j'entends faire évaluer (...) l'efficacité des mesures de protection et faire évoluer les outils à la disposition de l'Etat", indique la ministre de l'Ecologie dans son courrier de réponse.

Lors d'une rencontre le week-end dernier avec des éleveurs, à l'occasion d'un déplacement dans les Alpes-Maritimes, elle a "annoncé l'ouverture d'un processus de concertation" dans la perspective de ce nouveau plan, écrit-elle à l'ancienne Garde des sceaux, précisant agir en lien avec le ministre de l'Agriculture.

Le plan d'action national sur le loup vise principalement à garantir la protection du loup, une espèce protégée, tout en limitant son impact sur l'élevage. Il pose notamment les principes relatifs à l'indemnisation des dommages éventuels subis par les éleveurs et le suivi scientifique des populations de loups.

"Une action urgente est requise", selon Rachida Dati

Dans une lettre adressée à Delphine Batho, Rachida Dati estimait qu'une "action urgente est requise" pour protéger les éleveurs d'ovins confrontés, dans les Alpes de Haute-Provence, aux attaques de loups contre leurs troupeaux.

"Face à la détresse des éleveurs, quelles mesures immédiates entendez-vous prendre pour faire baisser le nombre d'attaques de loups, notamment en ce qui concerne le nombre et la méthode de prélèvement?", questionnait-elle.

"Envisagez-vous de défendre, au niveau international et au niveau européen, une évolution de la classification du loup, dans le cadre de la Convention de Berne ou de la directive Habitats, et ainsi permettre aux éleveurs de sauver leurs troupeaux?", interrogeait encore l'élue européenne.

Source: Dépêche AFP du jeudi 26 juillet 2012

La question de Rachida Dati au Parlement européen

Protection des élevages d'ovins contre les attaques de loups

"La multiplication des attaques de loups met actuellement en péril l'élevage d'ovins, dont dépendent l'activité économique et l'identité des zones montagneuses françaises.

Malgré les mesures prises par l'Etat français pour organiser la protection des troupeaux et autoriser des prélèvements exceptionnels, les attaques ne cessent de se multiplier. Sur les six premiers mois de l'année, on comptait, dans le seul département des Alpes de Haute-Provence, trente attaques et 102 victimes. Ces attaques se sont multipliées ces derniers jours, et certains troupeaux ont été littéralement décimés.

Les attaques de loups portent un coup très grave à l'activité d'élevage. Au-delà des bêtes tuées, elles infligent des blessures, provoquent des avortements et des pertes de poids, et altèrent la qualité de l'élevage ovin qui fait le succès de nombreux produits de terroir français.

Afin de défendre cette économie de terroir, et de donner les moyens aux éleveurs français de protéger leurs troupeaux, il est devenu impératif de faire évoluer la classification trop restrictive du loup comme espèce présentant un intérêt communautaire et nécessitant une protection stricte, dans le cadre de la directive "Habitats", et au niveau international comme espèce strictement protégée dans le cadre de la Convention de Berne.

Il est impératif que l'Union européenne prenne en compte les difficultés que les attaques de loups suscitent pour l'élevage européen, et modifie les textes en vigueur pour donner aux Etats membres la possibilité de protéger cette activité.

Les éleveurs concernés attendent de la Commission européenne des réponses. Ils sont confrontés chaque année au même problème. Que comptez-vous donc faire pour mieux protéger les éleveurs européens face à ces attaques?"