French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité Communiqué Eleveurs et Montagnes du 27 juillet 2012

Communiqué Eleveurs et Montagnes du 27 juillet 2012

Le changement, c'est maintenant ou jamais !

L'association Eleveurs et Montagnes considère que l'annonce, par la ministre de l'écologie, d'un processus de concertation sur le futur Plan national loup est une initiative positive. Yves Derbez, président d'E&M, tient par ailleurs à remercier la députée européenne Rachida Dati pour avoir attiré l'attention du parlement européen sur la situation des éleveurs face aux prédations.

«Pendant 5 ans, le gouvernement précédent nous a fait des promesses et nous n'avons rien vu venir, a déclaré ce matin le président d'E&M. Nous espérions que les choses allaient changer avec ce nouveau gouvernement mais nous craignons aujourd'hui de repartir dans un nouveau cycle de réunions, avec l'impression que l'on cherche à jouer la montre contre nous.

Nous comprenons que la nouvelle ministre de l'Ecologie ait besoin de s'approprier le dossier mais les services de l'Etat y travaillent depuis longtemps et pour nous, le temps presse. Il faut, dès que possible, engager une opération de transparence des chiffres qui mette à jour la réalité du nombre de loups en France et organiser immédiatement une régulation réellement efficace.

L'heure n'est plus à la concertation. Le processus d'analyse du plan loup précédent, de l'efficacité des mesures de protection, a déjà été enclenché. La Drôme a été auditée et les Alpes de Haute Provence le seront en septembre. Nous savons que les mesures de protection sont inefficaces. Et pendant que nos élus réfléchissent, les bergers quittent les alpages les uns après les autres, épuisés après tant de nuits blanches à surveiller leurs troupeaux en vain, persuadés que personne ne leur viendra en aide.

A la fin de l'année, bon nombre d'entre nous auront jeté l'éponge si rien de concret n'est fait d'ici là. Nous allons entrer dans la 2e moitié de l'estive, la plus dangereuse pour les troupeaux. Des attaques ont lieu tous les jours. Pour nous, ce ne sont pas de simples statistiques. Ce sont des drames insupportables, des pertes toujours plus importantes, l'impossibilité de faire notre métier dans des conditions décentes, humainement et financièrement.

Mesdames, Messieurs les députés européens, Madame la ministre de l'écologie, le loup compte-t-il plus pour vous qu'une filière professionnelle rentable et dont la production est appréciée et reconnue pour sa qualité ? Avez-vous mesuré les conséquences de sa disparition dans l'écosystème et le tourisme alpins ?

Le changement, c'est maintenant qu'on en a besoin. »