French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité L’Ardèche demande à être intégrée dans le PLAN LOUP

L’Ardèche demande à être intégrée dans le PLAN LOUP

Privas (Ardèche). Face à la probable implication du loup dans des attaques de troupeaux dans ce département – dont la dernière, dans la nuit de dimanche à lundi – la préfecture demande à intégrer le « plan d'action national loup 2013-2017 ». Lequel permet des tirs de prélèvement.

Le préfet de l'Ardèche, Bernard Gonzalez, va demander aux ministères de l'Écologie et de l'Agriculture l'intégration du département dans le « plan d'action national loup 2013-2017 » (1). Des tirs de prélèvement pourraient, alors, être autorisés sur l'ensemble du territoire ardéchois.

« L'objectif est d'avoir des outils plus efficaces et plus rapides », souligne le représentant de l'État. Il a présidé, jeudi après-midi, une réunion du comité Grands prédateurs dans les locaux de la préfecture, à Privas. Les discussions entre les différents acteurs concernés ont duré plus de deux heures.

Suite à l'attaque d'un élevage, dans la nuit de dimanche à lundi, à Saint-Alban-en-Montagne (l'expertise est en cours), les syndicats d'agriculteurs ont déjà exprimé leur colère en menant une opération coup-de-poing, mercredi matin, devant la préfecture de l'Ardèche, où ils ont déposé huit cadavres d'agneaux.

« Tous les moyens mis en place jusqu'à maintenant ont été inefficaces. On ne fait que reporter le problème d'un élevage à un autre. Il faut que tout le département soit protégé », souligne Jérôme Volle, responsable de la FDSEA 07. Lors du comité, il a plaidé pour que l'Ardèche fasse partie du « plan loup » le plus rapidement possible. Ce qui permettra de mettre sur pied des unités d'action. Mais le Conseil national de la protection de la nature (CNPN), qui doit être consulté avant toute décision, ne se réunit pas avant début juillet.

Selon Bruno Raoux, de la Ligue pour la protection des oiseaux de l'Ardèche (LPO), il faut surtout « proposer des solutions de cohabitation » entre cette espèce protégée et l'élevage, plutôt que la « destruction ».

(1) Les arrêtés ministériels définissant les différents dispositifs du « plan loup » ont été publiés le 28 mai.

 

Source : Le progrès.fr du 14/06/2013