French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité Didier Trigance condamé

Didier Trigance condamé

Didier Trigance dont le procès a eu lieu aujourd'hui au tribunal correctionnel de Nice dans l'affaire qui l'opposait au Parc du Mercantour, a été condamné à 4000 euros d'amende et 4 mois de prison avec sursis. Le procureur avait requis 10 000 euros de dommages et intérêts et 4 mois de prison avec sursis contre l'éleveur. Le tribunal l'a suivi dans ses réquisitions.  "Je suis soulagé que ça soit fini, a indiqué l'éleveur à l'issue du procès. Je suis condamné et je vais payer. Mais si la prédation continue comme ça, j'arrêterai le métier. Ca fait 30 ans que je suis éleveur et que je garde en montagne. Ce n'est pas une vie de supporter le stress sans arrêt. Aujourd'hui, il y a atteinte à l'homme. Je suis venu là pour être libre avec mon troupeau. Moi, je ne veux pas mourir avec des chiens blancs et mon troupeau dans un parc. Je veux mourir avec mon troupeau en liberté."

E&M appelle à la mobilisation

A sa sortie du tribunal, Yves Derbez, président d'E&M, a appelé les éleveurs à la mobilisation : "Pour un tribunal, c'est peut-être une décision clémente mais pour nous, il est inacceptable qu'on condamne ainsi un éleveur qui a été provoqué. Nous appelons tous les éleveurs à se mobiliser davantage. Il faut vraiment qu'on se réveille. Aujourd'hui, c'est Didier Trigance qui est jugé mais demain, ça pourrait être moi, ou n'importe qui. Nous sommes très déçus de ce verdict."

Plusieurs attaques par semaine

Pour mémoire, le 8 août 2012, à Saint-Martin d'Entraunes (Alpes-Maritimes), l'éleveur avait pris à parti des représentants du parc du Mercantour venus dresser un constat d'attaque sur son troupeau après que l'un lui ait signifié qu'ils préférait le loup aux moutons. L'éleveur avait réagi à une réflexion de l'un des agents qui lui a dit "préférer le loup aux bergers". Didier subissait à l'époque plusieurs attaques par semaine et en a subi d'autres depuis.