French Dutch English German Italian Russian Spanish

Actualités

Accueil Actualité Actualité Moyens de protection : la plaisanterie a assez duré !

Moyens de protection : la plaisanterie a assez duré !

Le 3 décembre, devait se tenir un groupe de travail du Groupe National Loup sur les moyens de protection. Cette réunion a été reportée. E&M demande à toute la profession de boycotter le thème des moyens de protection, surtout en présence des associations de protection du loup, connaissant les conclusions du séminaire du CERPAM à Valdeblore. La question des moyens de protection doit être traitée dans un groupe de travail interne à la profession agricole, avec les représentants de l'Etat.

Nous n'acceptons plus que les défenseurs du loup nous imposent des mesures aussi ruineuses qu'ineptes pour justifier d'une improbable cohabitation avec les prédateurs. De même qu'il est inacceptable de voir fleurir dans leurs rangs des marchands de chiens, de colliers répulsifs de type "concours Lépine 3 en 1" et autres galéjades.
Tous les systèmes présentés comme révolutionnaires en ce moment sont en réalité des projets inefficaces mis au point aux Etats-Unis il y a plus d'une décennie et qui ont été abandonnés - ou n'ont jamais servi pour la protection mais seulement pour le suivi du loup. A quand les loups suivis par GPS par des cavaliers censés intervenir en cas de prédation? Aux frais du contribuable, bien sûr...

10,4 millions d'euros aux moyens de protection, cela suffit !

Les moyens de protection ont coûté 10,4 millions d'€ au ministère de l'Agriculture en 2012. Pour quels résultats ? Toujours plus d'attaques, autant de victimes et des témoignages de plus en plus fréquents de promeneurs pourchassés par des loups habitués à l'homme ou de bergers exposés à des loups agressifs.
10,4 millions d'€ de budget agricole sacrifiés pour satisfaire le fanatisme du lobby pro-loup, qui ne serviront pas au monde agricole. Cela suffit ! Le ministère de l'Ecologie n'a qu'à payer le prix de ses élucubrations.

La réalité du terrain est la suivante : aucun moyen de protection n'est fiable, pas plus que leurs combinaisons. Cette année 2013 a vu l'émergence d'un nouveau comportement chez les loups : la mise à mort des chiens de protection. Il n'est pas question que les pro-loups nous obligent à multiplier les chiens de protections, pendant que leurs acolytes nous les vendent. Aux frais de l'éleveur !

L'Etat a failli à ses engagements

L'Etat s'était engagé à faire baisser la prédation. L'Etat a failli à ses engagements. Depuis 20 ans, l'Etat écoute les défenseurs des prédateurs pendant que notre profession agonise. Nous en avons assez des palabres autour d'une table. Il nous faut des actes ! Depuis 20 ans, on protège en vain nos troupeaux. 1426 contrats en 2012 et un nombre d'attaques en hausse, encore et toujours.

Nous ne voulons plus entendre parler de moyens de protection, nous exigeons le prélèvement des loups qui attaquent sans cesse nos troupeaux. Et pour se faire, nous, éleveurs, avons des solutions et des expertises à soumettre à l'Etat. Nous voulons, nous, éleveurs être entendus sans que nos propos soient édulcorés au travers des filtres protocolaires. Laissez ceux qui vivent la prédation au quotidien apporter leur connaissance et leur expérience directement.
Nous ne laisserons plus les pro-loups nous mener à l'abattoir tels les moutons de Panurge.