French Dutch English German Italian Russian Spanish

Attaque de loup le 26 mai 2011 à Jausiers

Un éleveur surprend le loup au milieu de son troupeau

attaque-loup-jausiers-26-mai-2011Après les attaques enregistrées dans les Hautes-Alpes, les éleveurs de la vallée de l'Ubaye redoutaient d'être à leur tour frappés. Pour Philippe Rayne, éleveur ovin aux hameaux des Sanières, commune de Jausiers, il a suffi qu'une partie de son bétail passe une seule nuit en dehors de la bergerie pour essuyer une prédation.

La première attaque de la saison en Ubaye

"Mardi soir, à 17 heures, j'ai décidé de parquer une quarantaine de bêtes dans un petit champ situé à côté la chapelle des Davis. Mercredi matin, à 6heures, en allant vérifier si certaines brebis avaient agnelé, j'ai tout de suite compris que quelque chose n'allait pas. Le troupeau était anormalement collé contre le mur de l'appartement du curé jouxtant la chapelle. Quand je me suis approché, j'ai vu un loup de taille adulte en train de dévorer une de mes brebis. Quand il m'a vu, il a sauté avec une incroyable facilité le grillage", raconte l'éleveur. S'il s'agit de la première attaque de la saison constatée en Ubaye, c'est la 7 ème enregistrée ces deux dernières années par cet éleveur mais la première aussi près des habitations. "C'est incroyable, nous sommes à moins de 50 mètres de la RD 900 et à une vingtaine de mètres seulement des premières maisons", ajoute Philippe Rayne.

Ni le haut mur en pierres, ni le grillage ou la clôture électrique qui entourent ce champ ne sont parvenus à protéger ce bétail.

Outre la brebis pleine de deux agneaux que le loup avait commencé à manger, Philippe Rayne a rapidement pu constâr ter les dégâts sur son troupeau. "Au final, je perds deux brebis dont une qui était pleine, et l'autre qui venait de donner deux agneaux, je récupère une mère éventrée et deux agneaux dont les blessures ne me permettent pas de les garder. En plus, je retrouve un troupeau stressé", lâche fataliste l'éleveur tandis que le vacataire de l'ONCS, formé au suivi du loup et au constat d'attaques sur troupeaux domestiques évaluait les dégâts.

Hier soir, ce dernier n'avait pas d'autre choix que de rentrer le reste de son troupeau à la bergerie et d'envisager d'aller dormir auprès du reste de son cheptel stationné, avec deux chiens de protection, dans un alpage situé juste au-dessus du plan d'eau de Jausiers.

Le constat de cette attaque, proche des habitations, a été réalisé par un vacataire mandaté par l'ONCFS.
Source : Extrait de l'article de Sylvie Arnaud paru le 26/05/2011 dans La Provence