French Dutch English German Italian Russian Spanish

ENCHASTRAYES (ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE) Soixante-quinze brebis tuées, des éleveurs désemparés

ENCHASTRAYES (ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE) Soixante-quinze brebis tuées, des éleveurs désemparés

Articles publiés dans le Dauphiné Libéré, le 24/07/2011

"Je suis à la fois exaspéré et en colère : il y en a marre du loup ! Peu de temps après celle de Méolans c'est ma commune qui fait les frais du prédateur. Six ans auparavant, 60 bêtes avaient déjà été tuées dans cette même estive ». Albert Olivero, le premier magistrat, n'a pas mâché ses mots à la suite de l'attaque qui s'est produite aux environs de 4 heures du matin samedi au lieu-dit Le pré aux chèvres, au-dessus de la station du Super Sauze.

En fin de journée, le bilan était significatif : 75 brebis mortes entre celles qui ont pris la fuite et qui sont tombées dans le ravin et celles qui sont mortes, selon le maire. Onze brebis blessées devront être euthanasiées.

C'est le troupeau d'Hélène Caire d'Enchastrayes et de six autres éleveurs (en tout 1600 bêtes arrivées la veille) qui ont fait l'objet de l'attaque. Eric Germain-Geraud, venu de la Drôme, n'a pas caché sa colère et son découragement. « C'est terrible : je suis désarmé face à cet événement. Il nous faut une autorisation préfectorale pour avoir le droit de nous défendre sinon je serai obligé de quitter l'estive ».

Un garde du Parc national du Mercantour s'est aussi rendu sur les lieux pour confirmer l'identité de l'agresseur mais pour le maire le doute n'est pas de mise : il s'agit du loup. Le garde du Parc national n'a toutefois pas encore rendu son verdict.

Les gendarmes de la brigade de Barcelonnette et les sapeurs-pompiers du centre d'incendie et de secours étaient sur les lieux pour envisager, avec Albert Olivero, l'évacuation des carcasses dans un terrain très escarpé. Finalement, les cadavres des bêtes ont été évacués par un camion mis à disposition par la municipalité, par les sapeurs-pompiers de Barcelonnette avec le concours du personnel des remontées mécaniquse. Elles ont été acheminées vers le containeur frigorifique de La Bréole.

À la suite de cette nouvelle attaque, le député-maire de Sisteron, Daniel Spagnou, a lancé un véritable appel de détresse à l'attention du gouvernement et demande au Premier ministre d'organiser « au plus vite des assises nationales sur l'avenir du pastoralisme en France. »

Cette nouvelle agression viendra alimenter l'assemblée générale de la communauté de communes, qui doit se dérouler le mardi 2 août, et qui devait précisément traiter de la présence du loup en Ubaye.

L'attaque d'une agnelle a été signalée, hier, sur le hameau de Sainte-Marie, à Vars. Une enquête a été ouverte afin de connaître la nature de l'attaque.

ALPES DE HAUTE-PROVENCE/HAUTES-ALPES Attaques du loup en Ubaye : des tirs de défense vont être autorisés

A la suite de la dernière attaque de canidé, hier, au Sauze - Super-Sauze, sur la commune d'Enchastrayes, dans l'Ubaye, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciuscko-Morizet a contacté les éleveurs, réunis à Méolans, hier soir, par téléphone. Elle s'est notamment entrenue avec le président de l'association "Eleveurs et montagnes", Yves Derbez.

La ministre a invité Daniel Spagnou, député des Alpes-de-Haute-Provence, ainsi que sa collègue des Hautes-Alpes, Henriette Martinez, à se rendre à Paris cette semaine, en compagnie d'une délégation, afin de trouver des solutions pour défendre les troupeaux. En attendant, "un arrêté préfectoral autorisant les tirs de défense sera signé demain", a annoncé Daniel Spagnou.

Le dernier bilan de l'attaque de samedi fait état de 104 brebis tuées ou disparues.