French Dutch English German Italian Russian Spanish

Des refus d'indemnisation sans explication

Des refus d'indemnisation sans explication

Article extrait du dossier "Pastoralisme, loup, prédation" paru dans le numéro de l'Espace Alpin du vendredi 22 janvier 2010

Un éleveur qui a subi dernièrement une attaque témoigne. « Depuis 10 ans que mon troupeau connaît les attaques du loup, jamais les indemnisations n'ont été aussi fluctuantes qu'aujourd'hui ! C'est la valse hésitation : une fois « oui », une fois « non». A ne rien y comprendre. J'ai eu une attaque alors que 3 jours avant le loup avait été repéré sur l'alpage et j'avais averti ma bergère d'avoir l'oeil. Les bêtes ont été attaquées en plein jour ; résultat des brebis blessées et deux béliers disparus. On ne les a pas retrouvées tout de suite ; seulement 3 jours après dans un bois très escarpé ; elles avaient des traces sur le cou, avaient commencé à être mangées et les renards avaient aussi prélevé. Les gardes de l'ONCFS, alertés, ne sont venus que le lendemain donc quand le constat a eu lieu, les carcasses avaient bien évolué. Malgré tout, les gardes ont relevé des morsures sous les oreilles, sous les maxillaires mais peu profondes. Une partie de l'abdomen avait été consommée ainsi que les boyaux. Les gardes ont relevé des traces de crotte de renard à proximité. Il y a eu refus de prise en compte de mes deux béliers au titre de la prédation car « les bêtes ont été retrouvées trop tard ». Ces bêtes avaient une valeur d'environ 700 € car un des béliers était de la race Ile de France. De plus, cet automne, je n'ai pas eu de bélier pour la lutte .Quant aux brebis, il est noté que « l'examen est impossible, pour regarder la profondeur de plus prés. Suite au refus de prise en compte de ces dégâts au titre de la prédation loup, j'ai rédigé une lettre de recours, le 12 décembre. J'attends la réponse. Pourquoi les constats sont réalisés uniquement par les agents de l'ONCFS ? Ils sont experts en faune sauvage mais nous, éleveurs, avons un savoir et une expérience de terrain qu'ils n'ont pas. Le cuir dépecé avec toute la viande enlevée c'est significatif d'une prédation du loup..."