French Dutch English German Italian Russian Spanish

A propos de la brebis, Buffon (1733, in Histoire Naturelle)

"Si l'on fait attention à la faiblesse de la brebis, si l'on considère en même temps que cet animal sans défense ne peut même trouver son salut dans la fuite; qu'il a pour ennemis tous les animaux carnassiers qui semblent le chercher de préférence et le dévorent par goût; que d'ailleurs cette espèce produit peu, que chaque individu ne vit que peu de temps, on serait tenté d'imaginer que dès le commencement la brebis a été confiée à la garde de l'homme; qu'elle a eu besoin de sa protection pour subsister et de ses soins pour se multiplier; puisqu'en effet on ne trouve point de brebis sauvages dans les déserts, que dans tous les lieux où l'homme ne commande pas, le lion, le tigre, le loup règnent par la force et la cruauté; que ces animaux de sang et de carnage vivent plus longtemps et multiplient beaucoup plus que la brebis; et qu'enfin, si l'on abandonne encore aujourd'hui dans nos campagnes les troupeaux nombreux de cette espèce, ils seraient bientôt détruits sous nos yeux et l'espèce entière anéantie par le nombre et la voracité des espèces ennemies. Il paraît donc que c'est par notre secours et par nos soins que cette espèce a duré et pourra durer encore: elle ne subsisterait pas par elle-même."

Autrement dit, sans le secours de l'homme, l'espèce animale Brebis, Mouton, Bélier, aurait depuis longtemps été éradiquée de la biodiversité.On peut donc s'interroger sur l'attitude de l'Homme qui protège durant des siècles un animal des prédateurs qui le menacent et qui change soudain du tout au tout en protégeant ces prédateurs qu'il a toujours combattus et en cessant de défendre des animaux vulnérables...