French Dutch English German Italian Russian Spanish

Presse

Accueil Presse Communiqué de l'association Eleveurs et Montagnes du 2 février 2012

Communiqué de l'association Eleveurs et Montagnes du 2 février 2012

Communiqué de l'association Eleveurs et Montagnes du 2 février 2012

Attaque de loups d'Alex (Haute Savoie) : Yves Derbez interpelle la ministre de l'Ecologie

Suite à l'attaque d'un loup en Haute-Savoie, le 30 janvier, ayant provoqué la destruction complète d'un élevage de moutons d'une race en voie de disparition, Yves Derbez, président de l'association Eleveurs et Montagnes, en appelle à la ministre de l'Ecologie et lui demande de prendre enfin des mesures contre le loup

L'association Eleveurs et Montagnes a manifesté dès hier son soutien à Jean-Baptiste Salignac, éleveur d'Alex (Haute-Savoie) dont l'élevage de moutons d'Ouessant, race ancienne en voie de disparition, a été intégralement décimé par le loup le 30 janvier. Yves Derbez, président de l'association, lui-même gravement touché par une attaque l'été dernier, a tenu à assurer Jean-Baptiste Salignac de sa totale solidarité.

Mais au-delà de cette solidarité, il interpelle la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet : « Combien faudra-il encore de drames comme celui de Jean-Baptiste Salignac pour que les éleveurs soient entendus et que des mesures sérieuses soient prises pour nous défendre conte le loup ? Ce qu'a vécu cet éleveur de Savoie est exemplaire de nos difficultés et démontre encore une fois que la cohabitation avec le loup est impossible.

L'attaque a une fois de plus prouvé l'inutilité des mesures de protection imposées aux éleveurs. Le troupeau a été attaqué tout près de la ferme, dans un enclos fermé où le loup n'a plus eu qu'à se servir. Et qu'on ne renvoie plus dos à dos éleveurs et écologistes ! Le projet de ferme de Jean-Baptiste Salignac était écologique. Il voulait préserver une race en voie de disparition. Son projet, c'était sa passion, sa vie. Qu'on ne vienne pas nous dire non plus que les indemnisations vont réparer le préjudice qu'il a subi.

Alors que le loup fait l'objet de toutes les attentions, qui se soucie qu'une race de moutons disparaisse, qu'un beau projet de ferme écologique soit réduit à néant ? Qui se souviendra de M. Salignac dans quelques jours ? Un loup vaut mieux que quelques moutons ? Tout cela a assez duré, Madame la ministre, faites quelque chose avant qu'il ne soit trop tard ! »