French Dutch English German Italian Russian Spanish

Presse

Accueil Presse Communiqué du 22 août 2012

Communiqué du 22 août 2012

Yves Derbez à la foire de Thoard : « Eleveurs et Montagnes continuera à se battre ! »

Yves Derbez, président d'éleveurs et montagnes est intervenu en fin de matinée en faveur des éleveurs à la foire agricole de Thoard, ce mercredi 22 août. Il a déploré le peu d'évolution du dossier loup malgré les efforts de l'association. Lire son discours ci-dessous.

Etaient également présents de nombreuses personnalités parmi lesquelles Gilbert Sauvan, député des Alpes de Haute-Provence et Jean-Louis Bianco, président du Conseil général. Comme l'a rappelé Jean-Louis Bianco, lui-même et les deux députés des Alpes de Haute-Provence, Gilbert Sauvan et Christophe Castaner ont décidé de faire front commun pour obtenir la révision de la commission de Berne concernant la protection du loup et sa classification comme « espèce menacée ». « La bataille pour la convention de Berne est commencée et nous voulons la gagner », a déclaré Jean-Louis Bianco. Les trois élus du 04 ont également saisi les ministres de l'agriculture et de l'écologie sur cette question. « Le loup n'a pas sa place dans les alpages. Il faut que des mesures soient prises », a déclaré GilBert Sauvan. Yves Derbez reste quant à lui assez réservé sur ces déclarations qu'il a déjà entendues et attend de voir des avancements concrets.

Discours d'Yves Derbez – Thoard

Mercredi 22 août 2012, 11h30

Je me trouve à nouveau devant vous aujourd'hui, à Thoard, comme l'an dernier à la même date, pour évoquer le problème des prédations et des attaques de loups.

Je dois malheureusement le reconnaître : malgré les efforts de l'association Eleveurs et Montagnes et de toutes les structures concernées, les choses n'ont pas évolué. Durant toute l'année, nous n'avons pas cessé de demander qu'une régulation sérieuse et efficace soit mise en place. Nous avons alerté les élus locaux, les ministres de l'écologie et de l'agriculture, le président Hollande, sur la situation désastreuse des éleveurs.

Nous leur avons expliqué les dangers qui guettent le pastoralisme. Nous avons appelé à l'aide. Nous avons montré que les mesures de protection sont inefficaces, que le loup s'y adapte et continue d'attaquer, même quand les bêtes sont sous surveillance. Les parcs ne les mettent pas à l'abri. Les chiens de protection qu'on nous a demandés d'utiliser posent des problèmes aussi, en s'en prenant aux touristes. Et c'est les éleveurs qui sont montrés du doigt et condamnés !

La réponse de notre ministère de tutelle n'a pas été à la hauteur de nos attentes, loin s'en faut ! C'est l'immobilisme total. Rien ne bouge. Et pourtant quelque chose a changé depuis l'an dernier : nous avons élu un nouveau gouvernement qui nous a annoncé le changement, et le changement, nous a-t-il promis, « c'est maintenant ». C'est justement ce nous n'arrêtons pas de demander, le changement ! Mais il faut croire que nous n'étions pas concernés.

Que font nos nouveaux ministres ? Ils demandent qu'on prenne encore une fois le chemin de la concertation. Ils prétendent défendre le pastoralisme mais ne font rien de concret. A nouveau, nous allons multiplier les réunions, toujours aussi longues et stériles.

Et pendant ce temps, les loups prolifèrent et les éleveurs craquent. Jusqu'à présent, nous avons toujours accepté le dialogue. Nous avons travaillé avec eux et nous les avons écoutés, avec autant de calme et de sérénité que possible. Nous avons participé à toutes leurs réunions. Pour quel résultat ? Aucun !

La ministre de l'Ecologie nous a annoncé une réunion le 31 août prochain pour une évaluation du plan national d'action loup. L'après-midi, un super expert biologiste suédois, M. Liberg, missionné par le ministère de l'écologie, va nous apprendre comment faire avec les loups. Comment cette personne mandatée par le ministère de l'écologie peut-elle être réellement objective ?

Combien de temps va-t-on encore se moquer de nous ? Le loup, on le connaît bien. On sait déjà parfaitement à quoi s'en tenir et on a déjà assez discuté !

Nous voulons des actions concrètes, immédiates, et des résultats ! Depuis des années, les ministres se succèdent et prennent les uns après les autres des mesurettes inefficaces. Nous tournons en rond. Et pendant ce temps, nous subissons des attaques et nos exploitations sont menacées.

Pour les médias, on manipule à qui mieux mieux les chiffres qui sont utilisés à nos dépends. Les attaques ont soit disant baissé cette année dans le 04. En réalité, si l'on fait exception des 2 grosses attaques de l'Ubaye de l'an dernier, exceptionnelles par le nombre de victimes, on se rend compte qu'il y a plus de victimes cette année qu'en 2011.

Et je ne vous parle pas du nombre de loups présents dans les Alpes qui est tellement sous-évalué que ça en devient ridicule ! Quoiqu'en disent les pouvoirs publics et notamment le ministère de l'écologie, la prédation continue à augmenter de manière vertigineuse.

En plus, on sait que les étés secs, comme cette année, les loups ont plus de mal à attaquer. Ils sont plus à l'aise quand il pleut. Cet été très sec explique donc aussi la soit disant baisse des attaques. Mais que va-t-il se passer s'il se met à pleuvoir ? Nous vivons dans l'angoisse. La peur nous suit au quotidien et ça, nous en avons assez.

Même si je suis aujourd'hui amer et en colère, je tiens à vous dire que l'association Eleveurs et Montagnes ne baissera pas les bras. Nous allons continuer à nous battre.

Nous allons bientôt modifier nos statuts pour devenir une association régionale. Nos collègues des Alpes maritimes, du Var et de la Lozère dernièrement vont nous rejoindre. Nous avons rencontré des éleveurs italiens qui eux aussi n'en peuvent plus. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous serrer les coudes.

L'existence même de notre association commence d'ailleurs à en gêner certains. C'est bon signe ! Que ces gens-là et les autres sachent bien que nous n'abandonnerons pas tant que nous n'aurons pas obtenu une réelle transparence sur le nombre de loups présents sur notre territoire et une véritable régulation !

Nos ancêtres avaient conclu à la nécessité d'éradiquer le loup. Même si nous ne souhaitons pas forcément en arriver là, je ne pense pas que nous soyons plus intelligents qu'eux...