French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Le loup s'en est pris à des troupeaux dans le Nord vaudois

Le loup s'en est pris à des troupeaux dans le Nord vaudois

Le loup s'en est pris à des troupeaux dans le Nord vaudois

Article publié par 24h.ch le 7 janvier 2014

On savait le loup proche du Jura vaudois. Différentes observations en France voisine (dans l'Ain, dans le Doubs près de Pontarlier) et dans le Val-de-Travers neuchâtelois ces derniers mois ne laissaient que peu de place au doute: tôt ou tard, le carnivore allait débarquer dans les forêts du nord du canton. C'est visiblement chose faite, puisque plusieurs habitants des Charbonnières ont vu l'animal, lundi à la vallée de Joux, rapporte La Région Nord vaudois dans son édition de mardi.

Des analyses doivent évidemment confirmer la nouvelle. Mais les photos de l'animal et des traces qu'il a laissées dans la neige, prises par un couple de La Côte en vacances aux Charbonnières, donnent à cette confirmation à venir l'allure d'une simple formalité.

Du reste, au vu des observations qui se sont répétées cette année tout près des frontières vaudoises, le conservateur vaudois de la faune ne s'étonne pas du tout de ces révélations. «Au début de l'été un loup a été vu dans la région de la Dôle, donc dans le canton de Vaud», précise ainsi Sébastien Sachot au quotidien nord-vaudois.

Deux attaques de troupeaux dans le Nord

Le loup a par ailleurs attaqué un troupeau le 5 décembre à Corcelles-sur-Chavornay, tuant deux moutons. L'attaque s'est produite contre un troupeau qui n'était pas gardé, dans une zone de plaine, près de villages. Des analyses génétiques effectuées par l'Université de Lausanne ont prouvé qu'il s'agissait d'un loup de la lignée italienne, revenu naturellement en Suisse. «Un loup a passé en plaine chez nous. C'est du jamais vu depuis plusieurs centaines d'années», explique Sébastien Sachot, conservateur vaudois de la faune.

Une deuxième attaque, le 6 décembre dans la commune voisine de Suchy, a tué deux autres moutons. Mais les prélèvements effectués sur les morsures n'ont pas permis de certifier qu'il s'agissait d'un loup. «L'échantillon avait été contaminé, mais il y a de fortes suspicions qu'il s'agit bien d'un loup», a expliqué M. Sachot.

Frédéric Ravussin / ATS