French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse VOSGES Loup : le comité de suivi fait le point

VOSGES Loup : le comité de suivi fait le point

VOSGES Loup : le comité de suivi fait le point

Article publié le 10/10/2013 par Vosges Matin

Eleveurs, élus et associations de protection étaient réunis hier autour de la table en compagnie du préfet, lequel a annoncé la signature de contrats d'accompagnement pour la protection des troupeaux.

Hier après-midi, Gilbert Payet, Préfet des Vosges, a réuni les membres du comité départemental de suivi des grands carnivores au sein même de la préfecture. Près d'une trentaine de personnes étaient présentes. Les services de l'Etat, des élus, des représentants de la profession agricole et des associations agissant dans le domaine de l'environnement avaient répondu à l'invitation.

Mais avant d'entrer en réunion, certains responsables n'ont pas manqué de donner leur point de vue sur la présence du loup dans le département. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les divergences de vue entre éleveurs et associations environnementales s'accentuent, à l'image de Marc Baudrey, de la confédération paysanne : « La cohabitation entre le loup et les éleveurs est impossible. Nous réclamons des tirs de défense et de prélèvement », déclare le responsable avant de souligner que le prédateur « coûte 15 millions d'euros aux collectivités chaque année. »

Le discours est aux antipodes de celui d'Anthony Kohler, animateur au sein du FERUS (association militant pour la sauvegarde du lynx, de l'ours et du loup) : « Nous constatons une baisse des prédations. Cela démontre que la mise en place des systèmes de protection est efficace et que la cohabitation est possible. Mais cela ne sera possible que si l'administration, les associations environnementales et les éleveurs font des concessions. »

Quoi qu'il en soit, le but premier de cette réunion n'était pas de débattre sur ces divergences d'opinion.

Aucun tir pour l'instant

Pour preuve, cette séance de travail a permis avant tout de faire un état des lieux départemental. Pour cette année, 43 attaques ont été recensées depuis le 1er janvier contre 74 en 2012, (9 dans le massif, 34 dans la plaine) et 77 victimes (15 sur le massif et 62 en plaine) pour 142 en 2012.

Cette réunion a également permis de confirmer la présence d'un couple et de louveteaux dans le massif, et ce, après quatre opérations techniques de suivi mises en œuvre en août 2013.

Au niveau des mesures de protection, l'accompagnement des éleveurs dans leur élevage sur les deux zones d'action (soit 48 communes) a été confirmé. D'ailleurs, la préfecture a annoncé la signature de contrats d'accompagnement avec les éleveurs. Ces contrats rentrent dans l'optique du renforcement des mesures de protection comme le gardiennage, des clôtures électrifiées et des chiens de protection.

En ce qui concerne l'Ouest vosgien, le préfet a annoncé qu'une étude de vulnérabilité a été commandée par la Direction Départementale des Territoires (DDT). Elle sera menée par la Chambre d'Agriculture. Elle devrait être rendue en fin d'année, afin de définir les mesures les plus pertinentes à mettre en place pour l'avenir.

Un point a également été fait sur l'accord, donné à Jean-Yves Poirot (éleveur à La Bresse) pour effectuer des tirs de défense suite à plusieurs attaques du loup sur son cheptel. Actuellement, aucun tir n'a été effectué.

Sergio de GOUVEIA