French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Le loup repéré dans le département de la Moselle aurait bien attaqué des brebis

Le loup repéré dans le département de la Moselle aurait bien attaqué des brebis

METZ- Le loup repéré dans le département de la Moselle aurait bien attaqué des brebis le 12 février à Lorquin.

Article publié par Le Républicain lorrain le 19 février 2014

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage a rendu son verdict concernant l'attaque de brebis du 12 février à Lorquin: il s'agit bien d'un loup. Une réunion est prévue.

Loup, y es-tu? Oui, a répondu hier le Centre national d'études et de recherche appliquée prédateurs-animaux déprédateurs de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage).

Dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 février, cinq brebis étaient tuées entre Lorquin et Neufmoulins (Pays de Sarrebourg). L'expertise du CNERA PAD portait exclusivement sur les animaux. Car d'autres attaques avaient eu lieu, ces dernières pertes portant à onze le nombre de bêtes victimes d'un prédateur, en moins d'une semaine.

Un faisceau de présomptions planait sur le loup du Donon, photographié le 30 janvier. Quatre jours plus tôt, le Canis lupus avait été observé par un chasseur à Abreschviller.

Tentative de prédation

On ignore quelles sont les raisons qui ont poussé l'animal à venir dans la plaine. «Quand un loup connaît bien son territoire, il mange surtout du gibier. Mais s'il est poussé vers un autre secteur, il se dirigera vers des proies plus faciles», notait Anthony Kohler, vice-président, de l'association Férus pour la préservation des grands prédateurs.

Le loup n'aurait-il pas regagné le massif du Donon? Alors que le CNERA PAD se prononçait, la nuit précédente (de lundi à hier), un troupeau était attaqué à Lavalette, écart d'Abreschviller. Deux bêtes ont été blessées lors de l'attaque. Cinq agneaux et un bélier ont pris la fuite. Il est bien sûr trop tôt pour tirer des conclusions et le cas a été soumis à l'expertise du CNERA PAD.

En attendant, la sous-préfecture s'organise. Elle prévoit une réunion demain avec l'ensemble des acteurs concernés : profession agricole, élus, association de protection de la nature, représentants du monde de la chasse, experts du loup et services de l'État.

Plusieurs objectifs sont affichés par Eric Infante, le sous-préfet. Outre un point de situation, cette réunion aura pour but de diffuser des éléments utiles sur le loup (mode de vie, comportement, zone d'extension...) et de présenter le plan national concernant l'animal et la réglementation applicable.

Les possibilités de protection des troupeaux vis-à-vis de la prédation du loup, en précisant les modalités de financement et le processus d'indemnisation des dommages aux troupeaux, seront abordées.