French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Les loups aux portes de l'Eure-et-Loir

Les loups aux portes de l'Eure-et-Loir

Chartres - Les loups aux portes de l'Eure-et-Loir

Article publié le 10 mars 2014par l'Echo républicain

Un cheval a été attaqué récemment par des loups au nord d'Orléans. La présence de ces prédateurs aux portes de l'Eure-et-Loir intrigue.

L'expert qui a examiné la carcasse d'un cheval du Loiret est formel. Les quatre crocs et les cinq griffes qui ont provoqué des entailles dans le corps du mammifère à sabots sont bien ceux d'un Canis Lupus. Autrement dit un loup?! L'attaque aurait eu lieu dans une commune du Loiret fin février, au nord d'Orléans. Personne ne le confirme. « Il y a des consignes de discrétion. Le sujet est sensible », assure une personnalité du Loiret, qui souhaite rester très discrète sur le lieu exact de la découverte.
Un loup mange jusqu'à huit kilos de viande par jour

La présence du carnivore aux portes de l'Eure-et-Loir va provoquer des inquiétudes à plusieurs niveaux. Car le loup vit en meute. Et le prédateur ne se contente pas de se purger avec de l'herbe ou de déguster des fruits. Il cible des proies sauvages, domestiques ou d'élevage en fonction du territoire où il se trouve. [...]

Les éleveurs euréliens vont redoubler d'attention sur leurs cheptels. Et les chasseurs du département vont être aux aguets pour préserver la population d'animaux sauvages. En marge de la perte potentielle d'animaux, l'aspect sanitaire n'est pas à négliger. Car le loup peut être porteur de la rage, de la maladie de Carré ou de l'échinoccocose.

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) d'Eure-et-Loir peut être un acteur essentiel dans la détection de ce prédateur sur le département. La colonisation a déjà commencé dans des départements de la région Centre, notamment en Indre-et-Loire. L'incursion est liée au mode de fonctionnement des meutes. Les mâles dominants expulsent les concurrents. Les prédateurs bannis s'exilent, parcourant des centaines de kilomètres avant de s'établir sur un territoire vacant sur 300 km², effectuant un marquage olfactif et par hurlement.
Des pièges photographiques

En sentinelle, les agents de l'ONCFS du département pourraient être amenés à sillonner la frontière avec le Loiret pour tenter de trouver des déjections et des poils qui seraient analysés. Des pièges photographiques peuvent être installés pour confirmer le passage ou la présence des loups en Eure-et-Loir. Le préfet, en fonction des dégâts ou des risques sanitaires, a la possibilité de faire abattre la meute qui peut se composer de trois à douze bêtes. Une traque difficile car le loup est redoutable, bon nageur et doué dans l'art de la dissimulation. Mais pour l'instant, il n'a pas été vu en Eure-et-Loir.
Thierry Delaunay