French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse La peur du loup, sur l'Aigoual, après l'attaque d'un troupeau

La peur du loup, sur l'Aigoual, après l'attaque d'un troupeau

La peur du loup, sur l'Aigoual, après l'attaque d'un troupeau

Article publié le 3 juin 2015 par Midi Libre

Un éleveur de Valleraugue a découvert l'une de ses brebis éventrée sur l'Aigoual. Une enquête est en cours.

A Valleraugue, Christian Soulier, éleveurs de brebis et de chèvres, est un homme en colère. Jeudi dernier, l'éleveur a retrouvé sur l'Aigoual, l'une de ses brebis sérieusement blessée à la panse. "Pour moi, c'est l'attaque d'un loup, assure Christian Soulier. Le loup s'attaque uniquement au cou des bêtes ou à la panse. Là, seule la panse était visée. Il n'y avait pas d'autres traces de morsures. Nous avons dû abattre la brebis."

Un chevreau aurait lui aussi succombé à une attaque et d'autres bêtes du troupeau ont disparu. "Nous allons, tous les deux jours, voir les bêtes, explique l'éleveur. Nous faisons aussi de l'oignon doux et du foin. Nous ne pouvons être là tout le temps. Le troupeau était sur l'estive. Maintenant, on va être obligé de rester nuit et jour auprès du troupeau."

"Si c'est un loup, c'est la première fois"

Est ce vraiment l'attaque d'un loup ou celle d'un chien ? Le doute - et il est grand - subsiste. À ce jour, une enquête est en cours. Un garde de l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est venu sur place, a examiné la brebis, fait des prélèvements et pris des photos. Les résultats sont attendus d'ici la fin de la semaine, confirme Lydia Vautier, directrice adjointe par intérim à la DDTM (direction départementale des territoires et de la mer). Le constat a été envoyé au centre de recherche appliquée dépendant de l'ONCFS qui écartera ou non la piste du loup. "Si c'est un loup - et pour moi, c'est un loup - c'est la première fois qu'il attaque dans le Gard, commente l'éleveur. Cela fait trente ans qu'on met notre troupeau ici. Nous avons 260 bêtes. Le loup est déjà dans le Causse Méjean. Pourquoi ne viendrait-il pas dans le Gard ?"

Une inquiétude "légitime"

Sur l'Aigoual, chez les éleveurs et les bergers, l'inquiétude est là et elle est "légitime", confirme Bernard Grellier, président de la Fédération des groupements pastoraux du Gard et de la Lozère. "Le loup est extrêmement mobile. Il y a eu déjà des attaques en Lozère et dans le Var. Ce n'est pas une question d'altitude. Et cela s'étend. C'est dans la logique des choses", reprend Bernard Grellier, qui réclame l'autorisation des tirs de défense.

Depuis 2010, la préfecture du Gard a mis en place un comité de veille départemental et des correspondants "loup". Un grand canidé ressemblant à un loup a bien été repéré le 7 juin 2014 à Malons-et-Elze dans le nord du département du Gard, près de l'Ardèche. C'est là, la seule observation qui a été retenue par l'ONCFS depuis 2012.