French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Doubs: Le loup pourra être tiré

Doubs: Le loup pourra être tiré

Doubs: Le loup pourra être tiré

Article publié dans l'Est Républicain le 30 août 2011

Le préfet du Doubs autorise des tirs de défense à l'encontre du loup qui a encore récemment attaqué le même élevage de Chapelle d'Huin.

Le préfet du Doubs et Franche-Comté, Christian Decharrière, a rendu public, hier, son arrêté pris le 26 août dernier et autorisant ces tirs de défense alors même que ce jour-là, vers 21 h, le loup a à nouveau tué trois brebis de l'élevage de Thierry Maire à Chapelle d'Huin. Cette dernière attaque faisait suite à treize au total dont huit commises, à l'encontre du même troupeau de M. Maire qui a déjà perdu une trentaine d'ovins.

« Je suis attendu depuis des semaines à propos du loup, je voulais prendre une décision sûre, sur le plan juridique. Avant le 14 juillet, nous étions en deçà des conditions pouvant justifier le tir de défense. Mais il y a eu l'attaque du 21 août au sein d'un enclos disposant d'un parc de nuit électrifié et celle du 26 août alors que M. Maire a pris des dispositions respectant toutes les conditions réglementaires », a souligné le préfet.

Huit tireurs potentiels

Surveillance renforcée, mise en place de trois parcs de nuit électrifiés, effarouchement par dispositifs sonores et lumineux, rondes nocturnes des lieutenants de louveterie depuis le 1er juillet, le préfet a tranché parce que ces mesures de protection n'ont pas empêché le loup de sévir.

« Il ne s'agit pas d'autoriser à tirer sur le loup n'importe comment et dans n'importe quelles conditions, ce n'est pas un tir de prélèvement. Les tirs de défense sont strictement encadrés et ne peuvent se produire que dans l'environnement immédiat du troupeau, sur les pâturages de protection et seulement pour défendre le troupeau lors d'une attaque. Le loup est une espèce strictement protégée », a insisté Christian Decharrière.

En fait, huit personnes sont autorisées à effectuer ces tirs de défense : l'éleveur Thierry Maire qui peut déléguer ces tirs à sept autres personnes du secteur ayant un permis de chasse. Pareils tirs peuvent se faire de jour comme de nuit et durant trois semaines à partir de la date de l'arrêté. Les tireurs potentiels ne doivent pas agir ensemble, mais se relayer dans la surveillance. Un registre avec des indications précises doit être tenu. Il est certain que la mort du loup serait analysée à la loupe. Toute blessure du loup entraînerait sa recherche par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage et la suspension de l'autorisation de tirs.

Le préfet s'attend à des recours d'associations dont Ferus, attachée à la conservation et protection du loup, du lynx et de l'ours. Directrice des territoires du Doubs, Pascale Humbert a précisé que 200 loups sont dénombrés sur le territoire national, qu'un a été tué dans le Vercors et que six loups peuvent être, chaque année, prélevés. Les probabilités d'atteindre le loup du Doubs restent faibles, selon les spécialistes, le prédateur sachant se déplacer. Mais la chasse ouvre le 11 septembre et là, un tir opportuniste, ainsi que l'on qualifie le loup, peut survenir.

Yves ANDRIKIAN