French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Loup : l'Ubaye a ses "indignés"

Loup : l'Ubaye a ses "indignés"

Loup : l'Ubaye a ses "indignés"

Artifcle publié dans le Dauphiné Libéré par Guy PELLETIER le 2 septembre 2011

association-indignes-ubaye
Photo (c) Dauphiné Libéré

Le 22 août dernier, l'association "Le loup et les Indignés de l'Ubaye" a été créée à Méolans-Revel et les statuts ont été déposés en sous-préfecture le 26 août. Les membres venus au grand complet ont présenté ce mercredi soir à la salle de réunions de la CCVU l'objet de l'association. L'association se veut une association dont « la démarche n'est pas intéressée par un corporatisme ou une idéologie. Les fondateurs agissent simplement par bon sens, face aux injustices flagrantes, nées de la présence des loups qui menacent gravement le pastoralisme, qu'il faut protéger et encourager. Ils veulent apporter leur soutien aux éleveurs en sensibilisant la majorité de la population, afin que les pouvoirs publics s'engagent à prendre de justes mesures ».

C'est Pierre Martin-Charpenel qui assure la présidence de l'association, et le vice-président est Daniel Maître. Le secrétariat a été confié à Yves Mazoyer, assisté de Michèle Evin, et Christian Michel tiendra la trésorerie avec le concours de la trésorière adjointe Monique Isaïa. Le président Martin-Charpenel fait remarquer que les membres du conseil d'administration sont issus de l'ensemble de la vallée, puisqu'ils habitent de Saint Vincent les Forts à Saint Paul sur Ubaye. Et d'ajouter : « On va rencontrer les conseillers municipaux et sensibiliser les élus ».

"Le loup devient agressif"

Le vice-président Daniel Maître compte bien informer la population et insiste sur trois points précis quant à la présence du loup. Premièrement le loup « devient agressif d'autant plus qu'il connaît l'homme, qu'il s'y est habitué et que son comportement a changé ». Il semble qu'à ce jour, quantité de personnes ont rencontré le loup près de chez eux ou sur un sentier lors d'une balade en montagne, tels Michèle Evin et Yves Mazoyer qui se disent traumatisés par un face à face avec l'animal. Michèle Evin, scientifique renommée qui parcourt assidûment les chemins pour sa passion et au service de la recherche, dit s'être trouvée vingt trois fois en face du loup.

Gaspillage d'argent public ?

En second lieu, le prélèvement des animaux sauvages. À ce sujet, le président rappelle que « le loup est un animal très intelligent et organisé pour chasser. Il n'a pas de prédateur. Il est carnivore, il s'attaque au gibier et des troupeaux entiers de mouflons ont disparu ». Puis le vice-président met l'accent sur le coût engendré par la présence du loup. « Ce sont des millions d'euros dépensés et qui sont bien entendu à la charge du contribuable. »

Au cours de cette assemblée, les membres ont fait part de leur agacement et aussi de leur colère face à l'inertie des pouvoirs publics et aux dangers que la prolifération du loup va engendrer. « Nous ne sommes pas des éleveurs. On le dit avant qu'il y ait des drames parmi la population : le loup ne doit pas être toléré en dehors du

parc du Mercantour, qui abriterait actuellement sept meutes» concluent les membres fondateurs.

POUR EN SAVOIR PLUS

Pierre Martin-Charpenel a fait lecture d'un courrier reçu de Pierre Bernard-Raymond, sénateur des Hautes-Alpes, qui apporte tout son soutien à l'association. Laquelle pourrait s'étendre dans les Hautes-Alpes justement, avec des "Indignés" du Champsaur, du Queyras, etc.