French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse MONIEUX « La présence du loup est probable »

MONIEUX « La présence du loup est probable »

MONIEUX « La présence du loup est probable »

Laurent Garde travaille pour la Cerpam, le Centre d'études et de réalisations pastorales Alpes-Méditerranée. Il s'est passionné pour le loup, relâché en pleine nature depuis 18 ans. L'attaque de huit brebis lundi matin à Monieux relance le débat. Le technicien refuse de prendre partie : « Je fais des constats et mon travail est d'abord de concevoir avec les éleveurs la vie pastorale ».

Emmanuel Bonnet, le berger victime, il le connaît. Il connaît aussi le territoire : « Le loup est dans la montagne de Lure, le plateau de Sault est sa continuité, les environs de Lagarde-d'Apt ont la même végétation sauvage. La présence du loup est probable. » « Omerta n'est pas le mot. Mais c'est sûr que c'est sensible. »

Laurent Garde n'a pas vu les cadavres. Il analyse toutefois la situation, et la proximité des villages de Sault et de Monieux qui entourent la ferme, n'empêche pas le canidé de venir : « C'est un animal malin. Il a compris qu'il vivait en toute impunité, sans être chassé. De quoi aurait-il peur ? À Céüze dans les Hautes-Alpes, l'année dernière, sept loups ont attaqué en plein jour alors qu'il y avait la présence du berger et des chiens. On voit bien tous les ans que le nombre d'attaques augmente. Dans l'arc alpin en 2010, on en a compté 1 100 attaques et 4 200 bêtes de tuées. Et en 2011, c'est déjà en forte augmentation. »

De là à dire que plusieurs loups sont nécessaires pour attaquer huit brebis il y a un pas, pas forcément de loup d'ailleurs. Laurent Garde explique qu'il n'y a pas de règles : « Cela dépend si le canidé est dérangé ou non, souvent il mange sur place, s'il entend les chiens, il va plus loin. » Quant à savoir s'il y a une omerta des pouvoirs publics sur la présence du loup en Vaucluse, Laurent Garde se montre prudent : « Omerta n'est pas le mot. Mais c'est sûr que c'est sensible et qu'il est difficile pour les autorités d'affirmer que le loup est dans le Vaucluse tant que le fait n'est pas prouvé. »