French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Vosges : Le loup s'invite au Conseil général

Vosges : Le loup s'invite au Conseil général

Vosges : Le loup s'invite au Conseil général

Article publié par Vosges Matin le 27 mars 2012

L'Assemblée départementale d'hier a permis de revenir sur la polémique du loup. Une motion contre sa présence a été signée.

Peut-être est-ce la fatigue due au changement d'horaire - à moins que ce soit l'absence du Président Poncelet excusé pour cause de réunion parisienne - mais les conseillers généraux sont restés bien silencieux à l'assemblée départementale d'hier. La séance a été ainsi vite expédiée en moins de trois heures. Il a fallu compter sur le retour du loup... dans les discussions, à la toute fin, pour animer un peu le débat.

Une motion « sur la présence du loup sur le massif des Vosges », présentée par Gérard Marulier, aussi propriétaire d'un élevage de 35 vaches laitières près de Dompaire, a été soumise aux conseillers généraux. Face à la multiplication des attaques de troupeaux (138 bêtes ont péri depuis son retour il y a un an), les conseillers de droite comme de gauche - dont les cantons sont touchés sans distinction d'étiquette politique - sont facilement tombés d'accord sur le sujet.

« Si demain il n'y a plus d'agriculteurs, c'est dramatique bien sûr pour les familles concernées, mais aussi pour la stratégie du département, notamment en matière de tourisme », a expliqué Dominique Peduzzi en guise de préambule.

Changement d'intitulé

La motion réaffirme trois points : le soutien des élus aux éleveurs du massif, « garants d'une activité économique et de l'entretien des espaces ruraux de montagne » ; leur inquiétude quant à l'impact financier ; et l'impossibilité « de concilier sur le territoire du Massif des Vosges, les exigences de protection du loup fixées par la convention de Berne et la pérennité d'une activité agricole ».

Une convention tournée en dérision par Guy Vaxelaire : « La directive de Berne, au début c'est la kermesse », commente le conseiller faisant référence à la législation protégeant la bête. Actuellement, la préfecture autorise seulement les tirs dissuasifs, censés effrayer l'animal. « Les tirs de défense ne sont possibles que si un même troupeau est attaqué en l'espace de quinze jours. Mais les propriétés agricoles sont diffuses dans les Vosges. On applique bêtement la convention de Berne qui n'est plus adaptée à la situation », conclut le maire socialiste de La Bresse.

Les conseillers sont aussi revenus sur le plan prévu par la Préfecture. Un budget est prévu qui doit permettre de mieux protéger une douzaine d'exploitations notamment par la pose de barbelés. Une facture qui paraît salée pour protéger une espèce tant décriée et à l'efficacité controversée. « Le loup ira attaquer à côté, » a-t-on fait remarquer dans l'assemblée.

Au milieu de ce consensus, seul le conseiller Jean Claude a émis une remarque sur l'intitulé de la motion, demandant à changer le «contre» en «sur» : « Le retour du loup est inéluctable, a noté le maire socialiste de Fraize. Il va falloir apprendre à vivre en bonne intelligence. » Pas de quoi crier au loup en somme. Le changement d'intitulé a été acté sans problème, la motion votée à l'unanimité.

Julien PEPINOT