French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Loup : Et si l'Isère tirait ?

Loup : Et si l'Isère tirait ?

Loup : Et si l'Isère tirait ?

Article publié par Franck GRASSAUD sur France3.fr

Le 19 juin dernier, une plainte a été déposée contre la France, auprès de la Commission européenne, par l'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas). Cette ONG s'oppose à un arrêté publié le jour même de la démission du gouvernement Fillon et qui autorise la destruction de 11 loups en France pour la période 2012/2013.Selon l'association, la "politique anti-loup" du précédent gouvernement, Fillon, est en contradiction avec les engagements de la France en matière de protection du loup. En attendant, le 5 juillet, le Préfet de l'Isère doit réunir le "comité loups" du département pour décider de l'abattage éventuel de canidés. En 2011, les agriculteurs isérois ont déclaré 86 attaques dans le massif de Belledonne et 70 dans le Vercors.

Que disait la loi jusqu'à présent ?

(Extrait du site internet de l'Etat)

Au niveau international, le loup est protégé par la Convention de Berne de 1979 relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe, qui prévoit toutefois des possibilités de dérogations bien encadrées.

Dans le cadre de la gestion du loup et la protection des troupeaux, l'arrêté du 27 mai 2009 a retiré le loup de la liste des espèces de vertébrés protégées menacées d'extinction en France et dont l'aire de répartition excède le territoire d'un département.

En effet, le loup n'est plus menacé d'extinction sur le territoire national pour 2 raisons principales :

-> l'aire de présence du loup a augmenté d'environs 25% et les effectifs minimum observés de 20 % depuis l'hiver 2007/2008

-> 26 zones de présence sédentarisées du loup constituant une population d'au moins 180 individus répartis en 19 meutes à l'issu de l'hiver 2008/2009

Cet arrêté permet une plus grande autonomie au niveau local pour la défense des troupeaux domestiques. Le Préfet dispose alors de la compétence pour la délivrance de de dérogations visant à prévenir de dommages importants et avérés aux élevages, quand il n'existe pas d'autres solutions et sans compromettre l'état de conservation de l'espèce.

L'espèce reste encore strictement protégée figurant toujours dans l'arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères protégés sur le territoire national.