French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Une première famille de loups en Suisse

Une première famille de loups en Suisse

Une première famille de loups en Suisse

Article publié le 6 septembre 2012 par Le Nouvel Observateur

COIRE/BALE (Sipa) — Pour la première fois depuis l'extermination du loup il y a plus d'un siècle, il a pu être démontré que l'espèce s'est reproduite en Suisse. Des louveteaux ont été photographiés dans le massif du Calanda, ont annoncé jeudi les autorités suisses. L'organisation Pro Natura se réjouit de cette nouvelle et publie une étude selon laquelle les pertes de moutons dues au loup ou autre grand prédateur restent marginales.

C'est 17 ans après l'arrivée en Suisse, depuis l'Italie, d'un premier loup qu'une reproduction a pu être prouvée, photo à l'appui, au col du Kunkels (1.357 mètres), dans la région de Coire. Cela laisse espérer qu'un petit effectif de loups peut s'établir en Suisse, selon Mirjam Ballmer, de Pro Natura.

L'organisation écologiste appelle les éleveurs à protéger leurs moutons, qui pourraient être en danger en raison de la présence de plusieurs loups. Si tel est le cas, ces derniers se nourrissent plutôt naturellement, en s'en prenant aux animaux sauvages.

Les loups vivent en meutes. Les expériences faites en Allemagne, en France ou en Italie montrent qu'elles ne se composent pas de plus de six ou huit individus.

Quelques loups mâles ont réapparu en Suisse depuis 1995, en provenance d'Italie. Quelques femelles ont suivi depuis 2002. Jusqu'ici, huit loups ont été abattus de manière légale: en lieu et place de "solutions constructives", cette évolution est une "illusion", selon Pro Natura.

L'organisation a aussi publié jeudi une étude sur l'estivage des moutons réalisée notamment avec la Fédération suisse de l'élevage ovin. Il en ressort que, sur les quelque 210.000 moutons qui ont passé l'été dans les alpages suisses, 4.221 sont morts. Les pertes sont d'abord dues à des maladies, puis à des événements particuliers comme la foudre, les éboulements ou les grands prédateurs. Dans ce dernier cas, le nombre de victimes est de 80. Les pertes dues aux loups et autres grands prédateurs "ne jouent à ce jour qu'un rôle local". Il apparaît que plus les troupeaux sont contrôlés fréquemment, moins les pertes sont importantes.

fr/S/ir