French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Le loup n'est plus le bienvenu en France : Droit de chasse dans le Parc National des Cévennes

Le loup n'est plus le bienvenu en France : Droit de chasse dans le Parc National des Cévennes

Le loup n'est plus le bienvenu en France : Droit de chasse dans le Parc National des Cévennes

Article publié par Kairn.org le 5 novembre 2012

Aujourd'hui, nous pouvons dire que la chasse au loup est autorisée dans le cœur d'un Parc National, celui des Cévennes, dont la particularité est d'avoir en son cœur des villages et des activités humaines y compris le droit de chasser.

Une évolution attendue

A force de tirer un peu trop sur la corde la deep écologie française pourrait bien tomber à l'eau par effet boumerang de certaines mesures liées à la démocratisation de la gouvernance écologique. Tous ces mouvements de défense du « tout sauvage », ayant assez peu de respect pour l'humain et négligeant des millénaires d'histoire pastorale et montagnarde pour imposer un point de vue strictement idéologique, commencent à sombrer inconsciemment de leur propre volonté.

En effet, ce sont les effets du respect de la convention d'Aarhus reprise dans la charte environnementale adossée à la Constitution qui se retournent contre ceux qui ont milité en sa faveur à l'occasion, notamment, du Grenelle de l'Environnement. L'arroseur arrosé !

C'est ainsi qu'après le « Rapport de Mission Interministérielle sur la Cohabitation entre l'élevage et le loup » remis par Pierre Bracque en février 1999 puis « Le rapport d'évaluation des actions menées par l'Etat dans le cadre du plan d'action sur le loup 2004-2008 » (Rapport Guth / Bracque) suggérant le Massif Central comme zone de présence du loup incompatible avec l'élevage extensif, la multiplication de provocations ne pouvait que conduire au clash que nous observons dans pratiquement tous les parcs nationaux notamment dans le Mercantour, la Vanoise, mais aussi sur tous les départements de montagne, et, en premier lieux, dans les Cévennes.

Cette situation latente depuis environ deux ans étaient manifestement occultée par les pouvoirs publics qui tentaient de l'ignorer. Après que les éleveurs du causse aient créé un collectif hostile au loup, ce sont les administrateurs du Parc National des Cévennes qui ont ouvert les « hostilités » dans ce domaine en se prononçant contre la présence du loup sur leur territoire

Un mouvement de fond

Il sera sans doute plus difficile aux autres départements et Parcs Nationaux d'obtenir les mêmes avantages que dans les Cévennes, mais à terme, il semble que à situation similaire il y ait un remède similaire vu l'ampleur des dégâts occasionnés par ce grand prédateur et les conséquences sociales et économiques que cela entraîne. Le mouvement est enclenché. Les associations environnementalistes, le plus souvent non domiciliées sur les territoires concernés, n'y pourront rien par manque d'ancrage territorial. Les deux Savoie manifestent ouvertement des revendications qui ne sont pas nouvelles (1). Il faut s'attendre à ce que d'autres départements se fassent connaître, y compris dans les Pyrénées d'autant que loups et ours ne sont pas des espèces en voie de disparition contrairement à ce qui peut être couramment diffusé.

Il semble bien qu'il s'agisse ici d'un véritable mouvement de fonds européen (2) dont nous reparlerons très prochainement.

Louis Dollo