French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Loup « Si rien n'est fait, 2013 sera une année catastrophique »

Loup « Si rien n'est fait, 2013 sera une année catastrophique »

Loup « Si rien n'est fait, 2013 sera une année catastrophique »

Article publié par Vosges Matin le 5 novembre 2012

Depuis l'an dernier, de nombreuses associations écologistes guettent de près la problématique du loup dans le département. Bien entendu, leur objectif est loin d'être celui partagé par les éleveurs de moutons. Mais de là à aller au clash, il y a un pas qui n'est, fort heureusement, pas franchi.

Et à écouter le discours de Dominique Humbert, président de « Biodiversit'haies 88 », ce serait même plutôt le contraire : « On s'est tenu à l'écart du problème du loup pour ne pas tomber dans cette idée d'opposition d'intérêts. Maintenant, ce que nous souhaitons, c'est trouver des solutions pour que loup et éleveurs puissent cohabiter car de toute manière, ce grand prédateur est appelé à prospérer dans les Vosges. »

Appel aux municipalités

Concrètement, le président bressaud veut appeler à une table ronde tous les acteurs du sujet : éleveurs, services de l'Etat, associations écologistes et... municipalités. Pour lui, ces dernières ont un rôle prépondérant à jouer : « Les élus doivent être des facilitateurs dans les discussions avec l'Etat mais aussi sur le terrain. » En d'autres termes, le responsable compte sur les maires des communes concernées (La Bresse, Cornimont, Ventron mais aussi les communes de la Plaine) pour la mise en place de moyens comme par exemple des pâturages, propriétés des communes, dans le cadre de regroupements de troupeaux.

L'homme table également sur le soutien des élus pour faire pression sur les services de l'Etat afin d'apporter une aide financière et technique qui corresponde réellement aux problématiques des éleveurs vosgiens : « Il ne faut pas oublier que la situation actuelle est due au laxisme de l'Etat depuis 10 ans. Pour l'instant, la Préfecture s'est contentée de donner des bonbons aux éleveurs. » Une manière d'expliquer qu'à ses yeux, les autorisations pour les tirs d'effarouchement ou les tirs de défense sont sans effet durable. Et d'embrayer, avec un bémol malgré tout, sur la seule solution qui s'est pour l'heure avérée efficace « L'arrivée d'un Patou dans un des troupeaux de Jean-Yves Poirot a fait ses preuves. Mais ce n'est pas suffisant pour protéger tous les troupeaux. Le nombre de Patou qui serait nécessaire dans la configuration actuelle est hors de portée et serait de toute façon ingérable à court terme... »

Dans ce contexte, Dominique Humbert doit rencontrer vendredi Guy Vaxelaire, le maire de La Bresse, pour lui proposer ce travail en collaboration, avec l'espoir d'obtenir une réponse positive : « Il ne faut pas se leurrer. Si les communes bottent en touche dans ce dossier, demain, il n'y aura plus d'éleveurs sur notre territoire. Soit on se cache les yeux et la situation s'aggrave soit on demande de vraies mesures en mettant la pression sur l'Etat. »

Le président de « Biodiversit'haies 88 » fourmille d'idées qu'il compte mettre sur le tapis à l'occasion de ces rencontres. Des idées qu'il faudra concrétiser rapidement : « On a l'hiver pour cela. Mais au printemps, dès que les troupeaux seront sortis, il faudra que la majeure partie des protections soit mises en place. Si rien n'est fait, l'année 2013 sera catastrophique pour les éleveurs... »

Sergio DE GOUVEIA