French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Attaques du loup chez trois éleveurs de Barrême

Attaques du loup chez trois éleveurs de Barrême

Haute-Provence - Attaques du loup chez trois éleveurs voisins

Trois éleveurs ovins de la commune de Barrême ont subi les attaques du loup ces derniers jours. Une première éleveuse a perdu 36 brebis, la semaine dernière : 28 ont été tuées et huit manquent toujours à l'appel. Une semaine après l'attaque, des avortements ont commencé dans le troupeau, à la suite du choc subi. Le 19 décembre, c'est un autre éleveur voisin qui a été la cible du prédateur : 22 brebis ont été tuées et cinq devront être euthanasiées, sans compter les avortements qui surviennent déjà dans son troupeau.

"La situation est devenue intenable"

Avant-hier, un troisième éleveur installé sur la même zone n'a pu que constater le carnage. À 11h30, il a sorti son troupeau, puis est venu le récupérer à 15h30. C'est un spectacle de désolation qui lui a été offert : des brebis éventrées, plusieurs bêtes manquantes. D'après Yves Derbez, éleveur à Méolans-Revel (vallée de l'Ubaye) et président de l'association Éleveurs et Montagne, ces attaques sont l'œuvre de plusieurs individus. « Il n'y a pas de meute répertoriée dans le secteur de Barrême, qui n'avait pas subi d'attaque jusqu'à maintenant », explique-t-il.

Face au traumatisme de ces éleveurs nouvellement frappés et tous voisins, Yves Derbez a alerté le préfet « pour qu'une solution rapide soit mise en œuvre ». Il pourrait s'agir de mesures d'effarouchement pour lesquelles il a entamé une négociation avec le représentant de l'État dès hier. Seront-elles suffisantes ? Pour Yves Derbez, « la situation est devenue intenable : on parle de tirs de défense renforcés, c'est l'occasion d'essayer », ajoute-t-il.

Le nombre de victimes en hausse de 25%

Cette nouvelle mesure actuellement en discussion dans le cadre de l'élaboration du prochain "plan loup" consiste en des tirs létaux ciblés à proximité des troupeaux attaqués, effectués par plusieurs tireurs sous l'autorité du préfet. Alors que le quota de prélèvement, fixé à onze animaux pour l'année 2012, n'a pas été atteint, le bilan annuel s'alourdit : 993 brebis sont mortes cette année lors d'attaques répétées, contre 780 en 2011.

Katy CANTAGREL

Article publié par le Dauphiné Libéré  le 23 décembre 2012