French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse "En Haute-Loire, le loup a déjà gagné la partie"

"En Haute-Loire, le loup a déjà gagné la partie"

"En Haute-Loire, le loup a déjà gagné la partie"

Article publié par l'Eveil le 26 janvier 2013

En 2012, 400 attaques de loups ont été constatées en France.

Il y a quelques jours, le parquet de Mende a ouvert une enquête préliminaire, suite aux trois plaintes déposées par les associations Alliance avec les loups, le Klan du loup et Ferus pour "braconnage et destruction d'espèce protégée" (en l'occurrence le loup sur le causse Méjean).

Toujours en Lozère, le sénateur-maire de Mende, Alain Bertrand, est l'auteur d'une proposition de loi visant à créer des zones d'exclusion pour les loups. Le parlementaire part du principe que « l'on ne peut pas se permettre des massacres réguliers de troupeaux. Les éleveurs ne dorment plus, sont terrorisés, les femmes ne peuvent plus emmener les enfants à l'école car il faut assurer des tours de garde. Cela rend leur vie impossible et ruine des troupeaux qu'ils ont mis des années à constituer ».

Car le loup est bien là, aux portes de la Haute-Loire. Selon l'association Alliance, il a même déjà "gagné la partie" : "Tous les lieux en France où il y a des forêts importantes, pas d'agriculture mécanisée et une densité de population très faible, auront le loup en 2020. On va passer de 4 à 5 meutes, à environ 60 meutes dans le Massif Central".

Le président du mouvement, Manoël Atman, explique que le loup alpin italien emprunte un corridor de migration par le sud du Massif Central, puis en direction du Gard et de l'Hérault, mais aussi de la Lozère, de la Haute-Loire et du Cantal : "Il passe par les tunnels de circulation sous les autoroutes, la nuit, et cherche des couloirs de migration pour rester le plus à couvert possible".

"Pour le causse Méjean, un expert de l'Office national de la chasse et de la faune a été envoyé sur place. Il a dit qu'il y avait deux loups. Mais en fait, ils sont une vingtaine. Il y a au minimum deux ou trois meutes".