French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Le loup est-il en Meuse ?

Le loup est-il en Meuse ?

Espèce protégée - Le loup est-il en Meuse ?

Article publié par le Républicain lorrain le 6 mars 2013

Le loup ne connaît pas les frontières. Si sa présence un jour en Meuse ne fait guère de doute, un naturaliste, contesté, affirme que l'heure est déjà arrivée. Les autorités réfutent.

Jean-Luc Valerie est formel. Les empreintes qu'il a relevées le 24 janvier dernier, dans la neige, sur les hauteurs de Ligny-en-Barrois, sont celles d'un loup : « Je suis parti d'un témoignage d'une personne qui s'entraînait sur ce secteur avec des chiens de traîneau et affirme avoir été suivie par un loup. En remontant les traces de son attelage, je suis tombé sur une piste différente, sur environ 30 mètres. Le reste avait été effacé par le vent. Sur les empreintes, j'ai pu distinguer que les postérieurs étaient posés dans les antérieurs et qu'il y avait une marque tous les 30 centimètres. Pour moi et les spécialistes avec qui j'en ai discuté, il s'agit d'un loup. »

Passionné par l'animal et auteur d'un livre sur la question, ce naturaliste lorrain, qui agit sous un pseudonyme, est très loin de faire l'unanimité. Y compris au sein même de son propre milieu. Son blog et ses jugements souvent qualifiés de « léger s et à l'emporte-pièce » agacent.

Particulièrement les autorités qu'il épingle régulièrement sur l'air du « on nous cache tout, on nous dit rien ». Il n'empêche, depuis que l'espèce protégée a signé son retour dans les Vosges, l'homme multiplie les enquêtes de terrain pour apporter des preuves. Sa dernière conviction est que le loup a pris ses quartiers déjà depuis plusieurs mois en Meuse.

Aucun constat probant

Face à ces affirmations, l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), qui n'a pu voir à temps les traces évoquées par le naturaliste, conserve la plus grande prudence : « Nous savons qu'on n'échappera pas au passage du loup dans notre département. Sa présence est avérée à quelques kilomètres de notre territoire, dans l'ouest vosgien. Nous, nous sommes formés pour faire face à cela et nous sommes en vigilance. Mais à l'heure actuelle, nous n'avons réalisé aucun constat pouvant conclure à la présence du loup en Meuse », assure Frédéric Rozet, responsable départemental de l'ONCFS. Depuis la fin de l'année 2011, l'Office a enregistré une dizaine de témoignages d'observations visuelles « mais rien de très probant. »

En mai dernier, l'affaire d'un veau, tué puis dépecé dans un champ, à Contrisson, avait déjà laissé planer un voile de suspicion. Mais là encore, l'ONCFS n'y croit pas : « Cela fait plusieurs années que la présence de bandes de chiens errants sur ce secteur est avérée. Par ailleurs, les spécialistes n'ont pas été missionnés assez tôt pour pouvoir mener des analyses efficaces sur le cadavre. »

À l'heure actuelle, en Lorraine, les sources officielles ne reconnaissent que deux foyers. Le premier se situe dans le massif vosgien où la présence de deux individus a été attestée. Le second dans la plaine vosgienne, non loin de Neufchâteau, où sévirait un seul loup. Alors que ce naturaliste, souvent accusé de brûler les étapes, évalue pour sa part, au nombre de six, les foyers de loups dans l'Est de la France. Il y ajoute la Meuse, au sud de Bar-le-Duc ; le Haut-Rhin à l'ouest de Mulhouse ; la Haute-Saône au nord de Lure ; et enfin la Haute-Marne, au nord-ouest de Chaumont. Et promet un printemps sanglant dans les élevages lorrains, bourguignons et champenois.

Philippe MARQUE.