French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Meuse « Pas de doute c'est un loup »

Meuse « Pas de doute c'est un loup »

Dans la meuse « Pas de doute c'est un loup »

Article publiée le 7 mars 2013 par le Républicain Lorrain

La question est taboue dans la Meuse. Les chasseurs n'en parlent pas, même si certains affirment l'avoir cherché autant que les sangliers dans les forêts frontalières des Vosges. Selon l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), il n'y a pas de présence avérée du loup et les faits suspects sont attribués à des chiens errants.

Genaro Garcia a un autre regard. Employé d'une entreprise de Bar-le-Duc, ce père de famille est passionné de nature, de faune et de chiens. Il connaît les animaux de la forêt, aime les observer sans faire une fixation sur le loup malgré les rumeurs.

Le 21 janvier, alors qu'il effectuait une sortie en chiens de traîneau avec son mâle, un malamute et sa femelle, un husky, il affirme avoir vu le loup. Il n'a aucun doute. « Cette année, avec la neige abondante, j'ai pu sortir régulièrement mon traîneau avec mes deux chiens sur le plateau de Ligny-en-Barrois. Je pars seul avec une lampe frontale sur des champs et des chemins forestiers. J'ai un circuit, toujours le même et mes chiens le connaissent par cœur. Les seuls bruits sont le glissement du traîneau, ma respiration et celles de mes chiens. Ce soir-là, en lisière de forêt, j'ai entendu craquer dans le bois. Ma femelle s'est arrêtée aux aguets, dans un comportement inhabituel et mon mâle a voulu repartir. Il avait peur. Cela s'est reproduit plusieurs fois. Dans un champ, c'est la glace derrière moi qui a craqué. Je me suis retourné et malgré la portée limitée de la lampe frontale, j'ai pu distinguer un animal qui n'était pas du gibier. »

Il se sent suivi

Genaro Garcia se sent suivi. « Plus loin, quand je me suis mis à courir pour aider mes chiens, j'ai senti que la bête se rapprochait. Mon mâle avait toujours peur et ma chienne très intriguée s'est encore arrêtée en se retournant. Je suis allé au devant et j'ai vu le loup fuir vers la forêt. Nous avons rejoint ma voiture et mes chiens étaient toujours très nerveux. J'ai mis les pleins phares vers la forêt. Un peu plus loin, j'ai vu un loup d'une trentaine de kilos avec son nez pointu, sa queue droite, ses yeux brillants faire des allers-retours ».

Le lendemain, Genaro Garcia y est retourné avec plusieurs lampes. Il a fait des photos des traces sans revoir le loup. Sa conviction a été renforcée par la comparaison des traces avec celles laissées par ses chiens. « Plus grosses, plus larges. Nous avons de nouveau senti sa présence quelques jours plus tard dans les bois de Chanteraine. Le loup est dans la Meuse. Ce n'est pas vraiment normal qu'un loup nous suive comme cela, mais ma chienne est allaitante et le loup l'a sans doute senti. Avec la neige, il a aussi peut-être faim. En tout cas, cela fait une drôle d'impression. On se pose des questions et on a un peu peur. Je me sentais impuissant car on ne sait pas comment il va réagir ». Genaro Garcia n'est pas mécontent de sa rencontre fortuite. Il n'en fait pas une fixation et continue à aller en forêt avec ses chiens. Pour courir ou faire du VTT. Avec le secret espoir de croiser à nouveau labête.

Sébastien GEORGES