French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Plan loup : Yves Derbez, Président d' « Eleveurs et Montagnes » s'interroge sur le financement

Plan loup : Yves Derbez, Président d' « Eleveurs et Montagnes » s'interroge sur le financement

Plan loup : Yves Derbez, Président d' « Eleveurs et Montagnes » s'interroge sur le financement

 Article publié par Agriavis.com le 16 Avril 2013


Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a donné, les 8 et 11 avril 2013, un avis favorable au projet de plan d'action national loup 2013-2017 ainsi qu'aux textes permettant sa mise en œuvre. Pour le ministère, ce plan vise à renforcer les mesures d'accompagnement de la présence du loup, espèce protégée tant au niveau international et communautaire que national, sur notre territoire. Il vise à mettre en place une gestion différentiée selon les territoires comprenant des mesures graduées adaptées aux différents systèmes d'exploitation et à la pression des prédateurs. « Des mesures de protection et d'indemnisation sont à ce titre améliorées. Les conditions des tirs d'effarouchement et des tirs de défense pour prévenir la survenance de dommages importants aux élevages évoluent dans le sens d'une territorialisation et d'une réactivité accrues » annonce Delphine Batho. Mais comment est perçu ce plan par les éleveurs ? Nous avons interrogé Yves Derbez, éleveur dans les Alpes de haute Provence et Président de l'association « Eleveurs et Montagnes ». L'éleveur doute de ce nouveau plan loup. Il s'interroge surtout sur le financement de cette lubie très couteuse de quelques "fanatiques" qui veulent voir les loups proliférer dans les montagnes.

Qu'en pensez-vous ? 0 aime cet article J'aime 0 aime pas cet article Je n'aime pas

Pour Yves Derbez, Président de l'association « Eleveurs et montagnes », le coût de la préservation des loups pour la société française est estimé « officiellement » à 30 millions d'euros par an (chiffre qui inclut l'indemnisation des éleveurs pour les animaux tués). Et si l'on compte le travail des lieutenants de louveterie, de toutes les personnes mobilisées pour le plan, ce montant atteint en réalité 60 millions d'euros par an.

Yves Derbez juge par ailleurs que, vu la prolifération et les attaques des loups, on arrivera bientôt à un montant de 100 millions d'euros, soit « un budget considérable en temps de crise ». « L'Etat qui rogne partout ne sera bientôt plus en mesure d'assumer ce budget » analyse l'éleveur.

« Le problème vient principalement des loups qui ne vivent pas en meute. Il est difficile de contrôler ces électrons libres. Les tirs d'auto-défense, d'accord. Mais ce n'est quand même pas notre boulot que de protéger 24h/24 les moutons. Nous sommes éleveurs. Nous avons déjà beaucoup de travail comme cela.».

Pour Yves Derbez, il faut retirer le loup de la classification « espèce protégée ». « Quand un loup tue un agneau, c'est onze mois de travail qui partent en fumée. Il y a une vraie détresse chez les éleveurs. »

Les chiens de défense ne représentent pas à ses yeux une bonne solution. « Avec, on ne fait que répondre à la violence par la violence ». Pour Yves Derbez, il faut procéder à une régulation volontaire du nombre de loups par des tirs. « Car Le loup n'est absolument pas une espèce en voie de disparition ».