French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse L'avenir du loup et du lynx dans les Vosges

L'avenir du loup et du lynx dans les Vosges

L'avenir du loup et du lynx dans les Vosges

Article publié le 30 juin 2013 par le Républicain Lorrain

Un colloque, aujourd'hui, au parc animalier de Sainte-Croix, tentera d'expliquer la gestion des problématiques liées au lynx et au loup.

Le parc de Sainte-Croix présente désormais quatre meutes de loups, dont ces loups noirs.

Quel avenir pour le loup et le lynx dans les Vosges au regard des expériences internationales ? Question d'importance à l'heure où le loup a fait son retour dans les Vosges, et que le lynx, au contraire, se fait de plus en plus rare. Elle sera au cœur du colloque qu'organise aujourd'hui le parc animalier de Sainte-Croix, en collaboration avec la Région Lorraine, le conseil général de Moselle, l'association Férus, le site internet loup.org et le groupe d'étude des mammifères de Lorraine.

« Cela rentre dans le droit fil de notre mission, en tant qu'outil de découverte de la nature et de l'environnement » , explique le directeur du parc, Pierre Singer. « Notre objectif n'est pas de prendre parti. Je suis aussi fils d'éleveur de moutons et je comprends la situation des professionnels confrontés au retour du loup. C'est une problématique en tout cas qui ne souffre pas le manichéisme. Il faut au contraire ouvrir le débat, et apprendre des autres. »

Patrice Costa, grand reporter à L'Est Républicain , auteur, conseiller scientifique et naturaliste, qui animera ce colloque, ne dit pas autre chose. « Une précédente et semblable manifestation organisée sur le sujet il y a quelque temps dans le Jura a montré qu'il était possible de trouver un terrain d'entente avec le monde agricole. Dans ce secteur, le lynx se porte d'ailleurs plutôt bien, notamment du fait de ce travail de fond mené notamment avec les éleveurs. Un récent sondage a même montré que 70 % de la population du département était favorable au renforcement de la population existante.»

Expérience québécoise

De nombreuses interventions ponctueront cette journée pour expliquer comment, à l'étranger, sont gérées les problématiques liées au lynx et au loup avec, en particulier, des exemples tirés de l'expérience québécoise, canadienne, ou roumaine. « La Roumanie, jusque-là eldorado des grands prédateurs, ours, loups... Aujourd'hui cependant, ils sont malmenés du fait de quotas de tirs très importants octroyés par le pays pourtant signataire de la convention de Berne » , ajoute Patrice Costa.

On entendra aussi avec intérêt le témoignage d'Olivier Cassagnau, éleveur vosgien, comme celui du Suisse Jean-Marc Landry, spécialiste de la protection des troupeaux, ou encore d'Anthony Kohler, coordinateur en animation nature au parc de Sainte-Croix, et coordonnateur lynx pour l'association Ferus.

Bruno SUSSET