French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Des tirs de défense contre le loup autorisés en Margeride

Des tirs de défense contre le loup autorisés en Margeride

Des tirs de défense contre le loup autorisés en Margeride

Article publié par Midilibre.fr le 22 juillet 2013

Les brebis de David Ramon aux Estrets avaient subi une attaque au printemps dernier.
Neuf attaques chez cinq éleveurs de la terre de Randon ont été imputées au loup.

Les premières attaques de loup sur ovins constatées pour l'année 2013 dans le nord de la Lozère ont eu lieu.
Sur les 13 constats réalisés par les agents de l'office national de chasse et de la faune sauvage (ONCFS), 12 ont été expertisés. Pour neuf d'entre-eux, la responsabilité du loup n'a pas été écartée.

Ces premières attaques confirment la présence du loup sur les territoires des communes de Chateauneuf-de-Randon, Fontanes, Arzenc-de-Randon et Chasseradès. Sur cette dernière commune où quatre attaques ont eu lieu sur le même troupeau, un piège photo posé par l'ONCFS a permis de confirmer sans ambiguïté la présence d'un loup le 14 juillet.

Ces 9 attaques ont eu lieu sur les troupeaux de cinq éleveurs et l'on déplore 15 brebis tuées et 20 brebis blessées.
Il est à noter que contrairement à l'année dernière, aucune attaque à ce jour n'a été constatée sur les Causses et le Mont Lozère.

Un élevage de Châteauneuf-de-Randon ciblé

Le plan d'action national loup 2013-2017 a pour objectif, de façon pragmatique, de concilier le respect du statut de protection de l'espèce, dans le cadre général des engagements pris par la France en matière de biodiversité, avec la nécessité impérieuse de protéger les élevages.

Dans ce cadre et en dehors du cœur du Parc national des Cévennes (PNC), le préfet de Lozère a décidé d'autoriser les éleveurs, victimes d'attaques non écartées du loup et qui le souhaitent, à procéder à des tirs pour défendre leurs troupeaux, dès lors que des mesures de protection sont mises en œuvre ou que le troupeau est reconnu comme non protégeable.

Un premier arrêté préfectoral autorisant le tir de défense à proximité d'un troupeau au sein d'un élevage de Chateauneuf-de-Randon a ainsi été pris ce jour.

Par ailleurs, la direction départementale des territoires (DDT) instruit au fur et à mesure de leur arrivée les demandes d'indemnisation. Les dossiers de 2 éleveurs touchés ont déjà été transmis au ministère. Pour les 3 autres dossiers reçus, la DDT procède à leur instruction pour valider les montants sollicités.