French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Le loup est-il dans le Jura ?

Le loup est-il dans le Jura ?

Le loup est-il dans le Jura ?

Article publié le 1er août 2013 par Voix du Jura

Après une absence en 2012, le loup est réapparu le mercredi 17 juillet à Foncine-le-Haut, et a tué 3 brebis. Où en est le « Plan Loup » dans le Jura ?

Alors qu'une grande partie des éleveurs juge le plan d'action national loup 2013-2017 insuffisant, l'animal a fait une apparition remarquée mercredi 17 juillet, à Foncine-le-Haut. C'est Joseph Scalabrino, éleveur de la commune, qui en a fait les frais. Le loup a attaqué et tué trois de ses brebis, et avait déjà attaqué son troupeau dans le Doubs au début du mois de juillet pour abattre cinq

bêtes. En tout, huit brebis mortes, et une réapparition du loup controversée : d'un côté les chasseurs et les éleveurs qui subissent les conséquences, de l'autre, les partisans qui défendent l'espèce protégée. Le plan loup a été signé par le gouvernement pour trouver les mesures appropriées entre les deux camps.

Le préfet ne croit pas à la colonisation du Jura par le loup

L'une des craintes majeures des éleveurs est l'installation définitive du loup, avec une récurrence dangereuse de ses attaques. Mais le préfet du Jura, Jacques Quastana, n'y croit pas : « Les zones de présence permanente du loup dépendent de l'opportunité pour le loup de s'implanter. Plus les troupeaux sont grands et nombreux, plus le loup risque de coloniser un territoire. Dans les Hautes-Alpes (NdLr : Jacques Quastana en était le préfet avant d'arriver dans le Jura), il y a entre 250 et 300 000 brebis, c'est une prédation sans grand risque pour le loup, alors qu'il n'y a qu'environ « que » 15 000 ovins dans le Jura. De plus, là où le loup est bien implanté en France, on trouve des troupeaux qui comptent 300, voire 1200 têtes, alors qu'ils sont bien plus petits dans le Jura : ils se comptent en dizaine de bêtes le plus souvent. Il y a aussi la proximité avec ses origines : même s'il est très mobile et peut faire 60 km par jour, c'est un animal qui a l'habitude de vivre dans les Alpes ».

Lionel Royer