French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Les agriculteurs arméniens se sentent sans défense

Les agriculteurs arméniens se sentent sans défense

Les agriculteurs arméniens se sentent sans défense après de nouvelles attaques de loups

Article publié le 6 août 2013 par Nouvelles d'Arménie Magazine

Malgré les efforts du gouvernement pour protéger les villageois arméniens contre les attaques de loups, ces bêtes continuent de causer des dommages considérables au bétail des communes rurales.

Rien qu'au cours de cette semaine, trois attaques de loups sur des animaux domestiques ont été signalés dans deux provinces d'Arménie, avec plus de 50 moutons tués par les prédateurs.

« Nous nous sommes réveillés à 5 heures du matin pour aller inspecter nos étables et y voir 23 moutons malmenés. Certains d'entre eux ont survécu, nous avons eu un total de 31morts. C'est une grosse perte. Nous avons appelé notre maire du village, qui a promis de faire tout ce qui est nécessaire. Nous verrons ce qui se passe » a déclaré Zina Smoyan, un résident du village de Sipan de la province d'Aragatsotn cité par ArmeniaNow.

Le propriétaire des moutons tués par le loup dit que sa famille a subi une perte d'environ 1,3 millions de drams (soit plus de 3100 $) sur la base des prix actuels des moutons dans le village.

Le villageois affirme que bien que pendant la nuit, ils dorment dans la chambre à côté de l'étable, ils ne pouvaient rien entendre et même les chiens n'ont pas aboyé. Selon Zina Smoyan, qui est mariée à un natif de Sipan depuis 22 ans, les cas de loups qui attaquent le village se produisent chaque année, mais aucun des villageois ne dispose de fusils de chasse et, par conséquent, ils ne peuvent pas lutter contre le prédateur.

Tengiz Mamoyan, le maire de Sipan, qui est une communauté de 324 membres principalement des Yézidis, raconte à ArmeniaNow que les agriculteurs locaux produisent principalement les moutons pour la viande et la laine et ils sont inquiets des attaques de loups. Le maire du village a dit que de nombreuses attaques se sont produites dans le passé. En particulier, 30 moutons ont été tués dans une attaque en 2012. La famille qui a perdu les animaux domestiques n'a pas bénéficié d'une assistance jusqu'à aujourd'hui.

Une information est venue de la région du Lori où dans le village d'Amrakits où les loups ont tué 25 moutons, le lendemain, trois moutons ont été tués par les loups dans la ville de Stepanavan.

Les cas de loups qui attaquent les animaux domestiques sont devenus plus fréquents en Arménie au cours des dernières années. Le ministère de la Protection de la Nature a dit qu'en 2011 les loups ont tué environ 400 moutons.

Depuis février 2012, le gouvernement arménien a approuvé la chasse avec des primes, promettant une récompense pouvant aller jusqu'à 100000 drams (environ 240 $) pour chaque loup tué. Le gouvernement a déclaré que les quelques centaines de loups qui sont censés peupler l'Arménie ne sont pas dans la liste des espèces en voie de disparition. Au lieu de cela, il a argumenté qu'une forte augmentation de la population des loups menacent les animaux domestiques ou des animaux figurant dans le Livre rouge des espèces menacées. Afin de réduire le nombre de loups en Arménie le gouvernement a autorisé de tuer 200 d'entre eux chaque année.

Bien que les nouvelles au sujet de la chasse au loup a suscité des inquiétudes parmi les écologistes locaux, qui ont fait valoir que la mesure mettrait en péril la population des loups en Arménie qui représente une partie importante de la faune locale, même la récompense promise n'a pas apporté une modification essentielle de la situation.

La chasse au loup peut être fait par des citoyens de l'Arménie qui ont un permis de chasse et, si la chasse a leiu avec des fusils, une licence afin d'exploiter l'arme.

Artur Nerkararyan, maire de la commune Amrakits, une communauté rurale de 530 habitants, raconte à ArmeniaNow que même si les attaques de loups ne sont pas si fréquentes dans le village qu'ailleurs dans le pays les villageois se sentent tout aussi désarmé car personne n'a de fusils de chasse .

« Vous ne pouvez pas forcer les gens à avoir des fusils et se défendrent car il y a des règles claires et les gens doivent se procurer des armes de leur plein gré » a dit le maire du village.

Hunter Vardges Khachatryan, qui préside l'Union des chasseurs et des pêcheurs d'Arménie, a dit ArmeniaNow que maintenant n'est pas une saison de chasse en Arménie car elle s'ouvre en août et dure jusqu'à la fin de février. Il a dit qu'ils peuvent agir seulement après que le ministère de la Protection de la Nature l'ait permis mais il n'y a pas de décision encore.

Par Gohar Abrahamian

ArmeniaNow
mardi 6 août 2013,
Stéphane ©armenews.com