French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Le loup a-t-il encore tué dans les Alpes de Haute-Provence ?

Le loup a-t-il encore tué dans les Alpes de Haute-Provence ?

Le loup a-t-il encore tué dans les Alpes de Haute-Provence ?

Article publié le vendredi 30 août 2013 par La Provence

Un prédateur s'en est pris aux moutons dans la nuit de lundi à mardi. Pour l'éleveur pas de doute, c'est canis lupus.

Robert Auzet traîne quatre cadavres de brebis hors de sa grange, dans le village de La Javie, à 15 km de Digne. Une brebis est à moitié dévorée, les trois autres présentent des trous nets à la jugulaire : "C'est typique des loups. Comme la peau retournée au niveau des pattes et l'absence d'autres morsures," affirme l'éleveur, dépité. Ce jeudi matin, il espère voir arriver rapidement l'équarrisseur pour le débarrasser des carcasses.

Une voisine qui randonnait près de ses pâtures, à un kilomètre des habitations, est venue l'avertir mardi soir qu'une de ses brebis semblait blessée à la patte. En se rendant sur place, Robert Auzet a découvert une première brebis morte au bord du chemin. Une autre gisait au milieu du pré. L'éleveur découvre deux autres cadavres au fond d'un vallon qui borde la prairie : "Au total, j'ai quatre brebis tuées, trois gravement blessées que je vais devoir saigner et deux béliers très mal en point," explique ce dernier.

Le représentant de l'office national de la chasse et de la faune sauvage, chargé de constater les blessures, est venu mercredi matin. Il aurait annoncé à l'éleveur que les quatre brebis mortes et les trois mal en point devraient être indemnisées, et présentent des traces de morsures de "canidés de grande taille". Mais l'éleveur ne compte pas en rester là : "Les deux béliers étaient prêts pour la reproduction. Vu leur état ce n'est plus la peine d'essayer." Robert Auzet va faire venir un vétérinaire pour constater les blessures et faire une demande d'indemnisation.

Les animaux disparus sont faiblement indemnisés

14 animaux dont "au moins six béliers" manquent toujours à l'appel depuis l'attaque. L'éleveur, son fils et trois amis ont passé ces deux derniers jours à essayer de les retrouver, sans succès. "Je me fais du souci pour elles, il y a de grandes chances pour que les loups les trouvent avant moi," confie-t-il. Les animaux disparus sont faiblement indemnisés.

Le Javidois possède 1 040 bêtes au total. La majorité est en alpage avec un berger salarié. Ce dernier aurait vu le loup trois fois près des moutons. Là-haut, Robert Auzet dispose d'enclos électrifiés, ce qui réduit le risque d'attaque. Mais les 40 brebis et béliers attaqués pâturent juste au-dessus de La Javie, sans mesures spécifiques de protection : "D'habitude, le loup n'attaque pas aussi bas, ni aussi près des habitations," conclut l'éleveur.

Gabriel Haurillon