French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Jean Lassalle : « La cohabitation avec le loup est impossible »

Jean Lassalle : « La cohabitation avec le loup est impossible »

Jean Lassalle : « La cohabitation avec le loup est impossible »

Article publié le 31 août 2013 par Mon43.fr

Le député Modem des Pyrénées-Atlantiques était à Vorey-sur-Arzon ce samedi 31 août. Celui qui s'est longtemps penché sur le thème des ours dans les Pyrénées a accepté d'évoquer l'arrivée du loup en Haute-Loire.

Sa voix grave et sa stature imposante ont fait de lui un orateur très écouté. Samedi 31 août, Jean Lassalle, député Modem des Pyrénées-Atlantiques a pris le micro à Vorey-sur-Arzon pour féliciter et encourager son amie Cécile Gallien, maire de la localité, décorée des insignes de l'ordre national du Mérite. Le vice-président du Modem n'a pas évoqué le sujet du loup devant l'assistance, même s'il n'a pas hésité à entamer, à gorge déployée, un "Halte-là, les montagnards sont là".

« J'ai été combattu »

Pour celui qui s'est intéressé de près à la question de l'introduction de l'ours dans les Pyrénées, l'arrivée du loup, qui frappe aux portes de la Haute-Loire, est loin d'être une bonne nouvelle pour les éleveurs. « Décréter que le loup a toujours été l'ami des troupeaux, c'est impossible » assure Jean Lassalle. « Il faudrait s'occuper à redonner de vrais moyens de vivre à ceux qui ont choisi ce métier si difficile », poursuit-il. Et le député des Pyrénées-Atlantiques assure qu'il sait de quoi il parle : sur la question de l'ours, « j'ai été combattu pour que je ne réussisse pas. C'est une expérience que je ne renie pas, mais je n'ai pas réussi donc je sais de quoi je parle. »

Une nouvelle étape à pied ?

En avril dernier, Jean Lassalle a débuté « une marche à travers routes et chemins de France à la rencontre des citoyens qui le souhaiteraient » et se veut être « un éveilleur de conscience ». Si pour son étape dans l'Emblavez, il est bien arrivé en voiture, celui qui affirme avoir déjà parcouru plus de 3 600 kilomètres pense revenir en terres de Haute-Loire à pied. « C'est un chemin que l'on peut difficilement éviter » affirme-t-il. Et pourquoi ne pas en profiter pour rencontrer partisans et opposants du loup ? Lui-même ne semblait pas y être opposé.

Rémy Mousson