French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Doubs et du Territoire de Belfort - Sujets de préoccupations

Doubs et du Territoire de Belfort - Sujets de préoccupations

Doubs et du Territoire de Belfort - Sujets de préoccupations

Publié le: 13 septembre 2013 par La Terre de chez nous

Les élus de la chambre interdépartementale du Doubs et du Territoire de Belfort profitent de la session pour faire part de leurs préoccupations. Florilèges.

• Andrée Girard
« Le loup est arrivé aux Rousses. Dans un élevage clôturé qui dispose par ailleurs de deux chiens patous. Résultat : une quinzaine de brebis mangées et d'autres disparues. De fait, le loup traverse les clôtures. J'espère que nous aurons l'autorisation de le tirer ».

• Pierre-Henri Pagnier
« Le plan loup prévoit plus de prélèvements mais il faudra les réaliser. Mais à chaque attaque de loup, on a à faire face à la contre-attaque des défenseurs du loup. Qui en arrivent à dire que c'est presque la faute aux éleveurs. Les prélèvements ne doivent pas être systématiques mais doivent se faire rapidement afin que le problème ne prenne pas des proportions plus importantes ».

• Claude Vermot-Desroches
« Face aux quotas laitiers, l'observatoire régional devra nous permettre de nous mettre en phase entre la production et le marché. Par ailleurs, avant de vouloir augmenter sa production, il faudrait que chaque éleveur soit capable de mieux gagner sa vie. Ensuite, cet engagement volontaire devra se traduire par une signature d'une charte entre l'entreprise et le producteur. Cela peut faire sourire car c'est une posture. Mais c'est aussi un engagement politique. Investir et se moderniser ? Oui. Mais il faut aussi se préoccuper du marché, sinon c'est la faillite. Sans oublier le risque de dominos pour les autres productions régionales ».

• Philippe Monnet
« La PHAE disparaît, c'est pour ça qu'un gros travail est fait autour de l'ICHN. Il faut être bon dans nos régions de montagne et de piémont. Particulièrement pour nos zones d'élevage. Par ailleurs, nous souhaitons une mise en place progressive pour éviter toute décision brutale et permettre ainsi aux exploitations de s'adapter ».

D.G.