French Dutch English German Italian Russian Spanish

Revue de presse

Accueil Revue de presse Et si le loup s'en prenait à nouveau à l'homme ?

Et si le loup s'en prenait à nouveau à l'homme ?

Et si le loup s'en prenait à nouveau à l'homme ?

Article publié le 18 décembre 2013 par France 3

Jean-Marc Moriceau est l'un des spécialistes français du loup. Cet universitaire était l'invité du 12/13 de France 3 Champagne-Ardenne ce 18 décembre 2013 avant la conférence qu'il devait donner à Troyes. Dans l'après-midi les éleveurs ont manifesté contre le loup dans les rues de la ville.

Face au retour du loup en Champagne-Ardenne, Jean-Marc Moriceau prône des mesures de compromis qui remettraient en cause le statut d'espèce protégée. © France 3 Champagne-Ardenne
Depuis qu'il a obtenu le statut d'espèce protégée, le loup recolonise naturellement le territoire. Ce constat, Jean-Marc Moriceau n'est pas le seul à le faire. Les travaux de ce chercheur de l'université de Caen seraient largement vérifiés sur le terrain par les éleveurs de moutons, notamment dans l'Aube.

Les professionnels se plaignent de plus en plus des attaques menées par ces prédateurs contre leurs troupeaux. Une trentaine d'agriculteurs manifestait d'ailleurs ce mercredi 18 décembre dans les rues de Troyes pour faire part de leur mécontentement.

Une trentaine d'agriculteurs manifestait ce mercredi 18 décembre 2013 dans les rues de Troyes pour faire part de leur mécontentement face aux dégâts occasionnés par le loup dans les troupeaux de moutons.

Selon Jean-Marc Moriceau, la disparition du loup en France au sortir de la Première Guerre Mondiale nous aurait fait perdre la mémoire. Plus personne ne se souviendrait qu'il fut dangereux non seulement pour les animaux, mais aussi pour les populations. Entre 1362 et 1918 le chercheur a dénombré 200 victimes avérée du loup en Champagne-Ardenne (91 dans la Marne, 53 dans l'Aube, 44 en Haute-Marne et 13 dans les Ardennes), principalement des enfants de 5 à 15 ans. Dans toute la France l'historien a comptabilisé 2000 victimes sur cette période.

L'universitaire décrit le loup comme un prédateur opportuniste. L'animal recherche de préférence des territoires de chasse avec des proies faciles : voilà pourquoi il attaquerait souvent les même troupeaux de brebis. Ce comportement pourrait donc selon Jean-Marc Moriceau pousser le loup à s'attaquer à nouveau à l'homme si jamais l'occasion se présentait. "On ne peut pas exclure qu'il ne soit pas une menace" souligne le spécialiste.

Alors le loup est-il inoffensif pour les populations ? peut-il redevenir dangereux ? Les citadins ont-ils tendance à l'idéaliser son image ? Pour en discuter Jean-Marc Moriceau est en conférence ce mercredi 18 décembre 2013 à l'Université Technologique de Troyes (20h30). Le chercheur lance part ailleurs un appel : il souhaiterait que les personnes intéressées qui disposeraient de documents évoquant la présence passée du loup dans la région viennent avec leurs archives.

Florent Boutet